4 octobre 2012

Garantir le maintien du pouvoir d'achat : une réforme que ne fera pas François Hollande…

pouvoir d'achat
Pouvoir d'achat.
Comme le rappelle régulièrement le centre de recherche et des coûts (CERC), une forte impression de régression du pouvoir d’achat prédomine depuis de nombreuses années chez les salariés car la faible hausse du salaire net moyen est largement inférieure à la perte nette due à l’inflation.

Si François Hollande veut préserver le pouvoir d’achat des Français, au moins ceux des couches modestes et moyennes, il ne devrait pas oublier que le principe de l'indexation des salaires garantissant une évolution parallèle à celle des prix a été abandonné au début des années 80…


La suppression de l’échelle mobile des salaires en 1982, lorsque François Mitterrand a entamé le tournant de la rigueur, a porté un coup fatal au pouvoir d’achat des salariés, particulièrement dramatique pour 40% d’entre eux déjà victimes du chômage total ou partiel, du temps de travail partiel subi, d’un déménagement pour cause professionnelle, etc. 

A cette époque, voulant lutter contre l’inflation, le gouvernement bloqua dans la Fonction publique les salaires qui avaient suivi jusqu’ici l’évolution des prix. Il incita ensuite les employeurs du secteur privé à agir de même, en les invitant à faire évoluer les salaires en fonction du taux d’inflation «prévu» par le gouvernement…

Jacques Delors, ministre de l’économie et des finances dans le deuxième gouvernement de Pierre Mauroy, décida de deux plans d’austérité. Le pouvoir d’achat des salariés commença à diminuer régulièrement, l’échelle mobile des salaires ayant été supprimée sans pour autant que le chômage diminue.

Les clauses d’indexation des salaires sur les prix furent ensuite retirées une à une des conventions collectives dans les années qui suivirent. Les lois Auroux réaffirmèrent leur interdiction dans le Code du Travail, article L.141-9 : « sont interdites, dans les conventions ou accords collectifs de travail, les clauses comportant des indexations sur le salaire minimum de croissance ou des références à ce dernier en vue de la fixation et de la révision des salaires prévus par ces conventions ou accords. »

Et aujourd’hui, dans de nombreuses branches professionnelles, suite à l’interdiction de la réévaluation automatique des salaires en fonction du SMIC, le salaire d’embauche est souvent inférieur à ce dernier ! Une prime dite «résorbable» est alors versée aux salariés concernés sans toucher aux salaires supérieurs au SMIC. Cette pratique est responsable d’un tassement continue des salaires vers le bas de l’échelle ! Autre conséquence collatérale : en 30 ans, le partage de la valeur ajoutée s'est ainsi déplacé de 11 points du travail vers le capital !

Mais les conséquences négatives pour les salaires touchent aussi les prestations ou allocations versées par divers organismes (pensions vieillesse ou d’invalidité, retraites complémentaires, allocations chômage, etc.) qui utilisent des mécanismes «d’indexation» plus ou moins originaux…

Citons un seul exemple significatif : les allocations familiales dont le montant est fixé en fonction d’un certain pourcentage de la base mensuelle de calcul des allocations familiales (BMAF). L'allocation pour 2 enfants est égale à 32% de la BMAF, pour 3 enfants à 73%, pour 4 enfants à 114%, celle de l’allocation de parent isolé égale à 150%, etc. Cette BMAF est bien revalorisée au 1er avril de chaque année mais sans tenir compte du taux réel d’inflation. Son montant de 395,04 € au 1er janvier 2011 est ainsi passé à 399 € au 1er avril 2012, soit une augmentation de 1 % seulement alors que le taux d'inflation était de 2,1% pour la seule année 2011 !

Comble de l’hypocrisie, la plupart de nos médias «bien-pensants» présentent chaque année ces différentes revalorisations inférieures au coût de la vie comme des bonnes nouvelles pour les bénéficiaires !

Cette situation est encore aggravée par un indice des prix calculé par l’INSEE, datant de 1946 et qui est loin de refléter la réalité quotidienne car la mesure de l’inflation ne concerne que les prix à la consommation. Cet Indice n’a jamais intégré par exemple l’augmentation des prix camouflée par les «arrondis» opérés nettement à la hausse après le passage à l’euro ou l’augmentation de prix d’un produit nouveau identique à l'ancien mais présenté sous une autre forme...

Et si la hausse du pouvoir d'achat des ménages est toujours officiellement légèrement positive, c’est parce qu’elle concerne le revenu moyen des ménages qui n’est qu’une simple moyenne mathématique ne correspondant à aucune réalité socioprofessionnelle...

L'échelle mobile des salaires, seul moyen efficace pour préserver le pouvoir d’achat

Contrairement à ce qu’affirment certains pseudo-consultants qui professent à longueur d’année sur les plateaux télé, une réintroduction de l’échelle mobile des salaires, datant de juillet 1952 sous la présidence de Vincent Auriol (SFIO), ne nuirait pas au développement économique. Elle ne favoriserait pas non  plus l’inflation car celle-ci est basée sur l’évolution réelle des prix qui s’est déjà produite au cours du ou des mois précédents. Ces "experts économiques" ont tendance à confondre les notions de réelle augmentation des salaires (supérieure au taux d’inflation) et de simple ajustement à la hausse des salaires suite au mécanisme d’indexation (égal au taux d’inflation).

L’échelle mobile favorise en outre une solidarité entre les travailleurs des secteurs forts et ceux des secteurs faibles ainsi qu’entre les travailleurs actifs et inactifs. Elle est un facteur de stabilité sociale : les négociations salariales peuvent se concentrer sur l’augmentation réelle des salaires. C’est également un facteur de stabilité économique car le maintien du pouvoir d’achat représente un facteur de consommation et donc de croissance économique.

Ce système existe dans certains pays comme la Belgique et le Luxembourg. Il peut revêtir différentes formes (ajustement automatique des salaires à chaque variation de l'indice des prix, ajustement dès que l'indice choisi dépasse un certain seuil, ajustement à périodes fixes en fonction des variations enregistrées, etc.). Il existe également mais sans caractère automatique en Allemagne ou aux Pays-Bas : les syndicats doivent alors négocier pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie depuis les négociations précédentes à la suite de l’inflation.

En France, en ayant négligé la question essentielle du maintien du pouvoir d’achat, les gouvernements successifs depuis 1982 portent une lourde part de responsabilité dans les difficultés financières que rencontrent des millions de personnes. Parallèlement aussi, curieusement, le mouvement syndical a abandonné cette revendication qui figurait pourtant parmi ses mots d’ordre traditionnels !

Et aujourd’hui, la nouvelle majorité socialiste, l'UMP hier, tout comme le FMI ou la commission de Bruxelles sur le plan international, restent à des années lumière d'un éventuel rétablissement de l'indexation automatique des salaires et des allocations sur les prix pour protéger le pouvoir d'achat. Nul doute que François Hollande, fils spirituel de Jacques Delors, marchera sur les traces de l'ancien président de la commission européenne...




 
Cet article publié sur AgoraVox a été repris par Yahoo France Actualités et vous pourrez prochainement le lire sur : http://fr.news.yahoo.com/agoravox.fr--toutes-les-sections/archive/



Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles

4 commentaires:

Peretz1 a dit…

Tout-à-fait d’accord, à ceci près qu’une indexation par rapport à l’inflation, est encore insuffisante. En effet il s’agit d’un ajustage postérieur donc qui ne tient pas compte de la période précédant cet ajustage pendant laquelle les prix ont continué à monter. Il y a une perte de pouvoir d’achat qui n’est pas compensée par le seul ajustage du pourcentage. Il faudrait appliquer la règle des intérêts composés (à l’envers) et dépasser le niveau de l’inflation pour l’ appliquer. Quant à cette évaluation officielle elle est toujours suspecte effectivement, comme toute moyenne. Il y a un niveau d’inflation adapté à chaque catégorie sociale selon son pouvoir d’achat.(www.citoyenreferent.fr)

Romain Desbois a dit…

BRAVO !!!!!

Je suis en phase totale avec vous !!!

Toute économie ne peut fonctionner que si la source est alimentée. La source est le revenu, le salaire donc pour le plus grande nombre d’entre-nous.

N’oublions pas qu’en 68, le SMIC a été augmenté de 35 % (j’avais entendu 26% mais bon)

Et nous avons eu une décennie de prospérité qui s’est bloquée effectivement dès que l’on a désindexé les salaires de l’inflation.

Préférons nous payer des chômeurs ou des retraités ?

Ce n’est pas le coût du travail qui pèse sur le chômage, c’est le chômage qui pèse sur le coût du travail.

tonimarus45 a dit…



bonjour—a l’auteur—enfin quelqu’un qui parle de l’echelle mobile des salaires, qui seule pourrait garantir le pouvoir d’achat des salaries.celle ci avait ete supprimee sous le gouvernement mitterand en 82/83 lors du virage a 180 degre de sa politique economique, ce qui avait ete une des causes de la demission de tous les ministres communistes...on mesurait l’indice des prix je crois, grace a un panier de 100 articles.c’est vrai que l’augmentation des salaires au pourcentage favorisait les hauts revenus mais cela etait plus que ce que l’on a maintenant,c’est a dire rien
je tiens a preciser qu’une echelle mobile des salaires est un vigueur en belgique et que merkel trouvant que c’est un mauvais exemple voudrait que le gouvernement belge la supprime
le front de gauche proposait un semblant d’echelle mobile ;quand au parti socialiste,il ne remettras jamais en place ce dispositif qui a ete supprime par le ""grand mitterand ;la droite, bien sur relayant les desirs du patronat ,n’en a jamais voulu

bigglop a dit…



Bonjour à tous,

Merci @Ricchi pour ce bon article sur le pouvoir d’achat

Néammoins, Hollande et consorts, libéraux-"socialistes", mettent en place la "flexibilisation du travail".

Elle revient à supprimer progrès sociaux acquis surtout par le programme du Conseil National de la Résistance et de ceux obtenus, par la suite, par le combat des salariés.

En l’occurence, elle s’attaque :
-au droit du travail, du droit social : licenciement, contrat de travail, négociations dans l’entreprise, mais aussi les aides sociales, la santé...
-au système de retraite par répartition pour le remplacer par un système par capitalisation à l’allemande (raison pour laquelle Merkel s’oppose au contrôle européen des banques régionales et des mutuelles car elles ont voulu jouer comme les "grandes" dans les paradis fiscaux...)
tout en favorisant le transfert des charges-cotisations patronales vers l’IR, en prétendant améliorer la compétitivité des entreprises avec 10 ans de retard sur le "modèle allemand".
En effet, si tout le monde se met à rechercher ces gains de compétitivité simultanément, ils s’annuleront et les perdants seront les salariés (baisse de la consommation, baisse de la production, chômage, et ainsi de suite)

Ce n’est qu’une réflexion rapide et incomplète et comme disait Draghi, le modèle social européen est mort