23 avril 2016

Nuit Debout : des espoirs mais des limites

Le mouvement Nuit Debout, à Paris et dans d’autres villes françaises, a pour ambition de débattre, de partager expériences et savoir-faire en vue de construire des solutions communes pour lutter contre la précarité, le diktat des marchés financiers, la destruction de l'environnement, les guerres et la dégradation de nos conditions de vie. 

Mais si le débat est important, le risque existe qu'un mouvement sans structuration se disperse avec le temps. Comment concilier horizontalité des discussions et efficacité politique ? La question reste pour l'instant sans réponse...


Le mouvement tire son origine d'une rencontre publique organisée à la bourse du travail de Paris le 23 février 2016, notamment par François Ruffin, rédacteur en chef du journal de critique sociale Fakir et réalisateur du film Merci Patron ! Après la mobilisation contre la « Loi Travail » et la manifestation du 31 mars, la décision a été prise d’occuper la place de la République. 
 
Le collectif de pilotage comprend une quinzaine de personnes, dont Johanna Silva du journal Fakir, Loïc Canitrot, intermittent de la compagnie Jolie Môme, Leila Chaibi du Collectif Jeudi noir, une syndicaliste d’Air France, un membre de l'association Les Engraineurs, ou encore un étudiant à Sciences Po, l’économiste atterré Thomas Coutrot et Nicolas Galepides de Sud-PTT.

A la compétition et l’égoïsme, ce mouvement entend répondre par la solidarité, la réflexion et l'action collective. La politique étant l’affaire de tous, divers sujets sont débattus :
la politique économique et sociale (salaire à vie, revenu de base, assurance chômage, baisse des hauts revenus, plein emploi, lutte contre le plafonnement des indemnités aux prud'hommes, etc.)
- le développement de l'agriculture biologique,
- la meilleure reconnaissance des minorités,
- la démocratie par tirage au sort,
- le meilleur engagement de l'État pour l'enseignement scolaire, notamment en banlieue,
- l'accueil des réfugiés et la régularisation des sans-papiers,
- le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement,
 
Mais si ce débat est une bonne chose, il a cependant des limites. Peut-il y avoir ensuite un réel débouché sans organisation politique structurée ?
Cette manifestation nocturne peut-elle accueillir tous ceux qui souffrent de la situation actuelle ? Les salariés, en particulier qui sortent d’une journée de travail et qui doivent se lever tôt le lendemain matin, peuvent-ils participer pleinement ?
Emmanuel Todd apporte un début de réponse dans un entretien au journal Fakir…

 
 
Fakir : C’est un petit truc, Nuit debout…
Emmanuel Todd : Il ne faut pas dire ça. D’abord, c’est peut-être une petite chose mais au milieu de rien. Et ça, le fait que les médias s’intéressent à cette petite chose, c’est aussi un signe du grand vide. Les journalistes, qui certes appartiennent à des grands groupes, liés à l’argent, qui certes ne remettront jamais en cause ni l’euro ni l’Europe ni le libre-échange, mais qui sont des gens diplômés, pas toujours bêtes, ils sentent ce grand vide. Ils savent qu’ils donnent la parole à des hommes politiques méprisables, inexistants, tellement creux. Eh bien, ce qui se dit, ce qui se passe place de la République, et sur les places de province, parce qu’il faut regarder l’ouest de la France, Rennes, Nantes, Toulouse, la jeunesse des villes universitaires, ce qui se dit sur ces places, pour aussi farfelus que ce soit, ça vaut toujours mieux que ce grand vide. Et il ne s’agit pas seulement de remplir des pages, de vendre du papier…

Fakir : Ça remplit l’âme ? C’est l’indice d’une crise métaphysique ?
E.T. : Presque ! Et puis, pour aussi petit que ce soit, c’est peut-être un signe avant-coureur. Regardez Occupy Wall Street. Quelques mois après, je regardais les sondages qui paraissaient aux Etats-Unis, les jeunes devenaient favorables à l’Etat, à du protectionnisme. Et aujourd’hui, certes Bernie Sanders a perdu contre Hilary Clinton, mais il s’est revendiqué du « socialisme » aux Etats-Unis, et ses thèmes font maintenant partie de la campagne.

Fakir : Donc ça pourrait mener à un basculement ?
E.T. : C’est sans doute une étape dans la maturation des esprits. Déjà, si ça pouvait conduire à un engagement simple, chez les jeunes : « Plus jamais nous ne voterons PS ! » Je me porte beaucoup mieux, c’est une libération spirituelle, depuis que j’ai fait ce serment pour moi-même. Je rêverais de la mise à mort du PS. C’est peut-être ce que va nous apporter Hollande, il y a là une ouverture pour se débarrasser du parti socialiste. Et il existe désormais un boulevard à gauche.

Fakir : Mais ce sont des bobos qui se réunissent ?
E.T. : C’est facile de dire ça. Les jeunes diplômés du supérieur, c’est désormais 40 % d’une tranche d’âge. Ce n’est plus une minorité privilégiée, c’est la masse. Il y a donc un énorme potentiel d’extension du bobo. Et surtout, il faut comprendre, faire comprendre, que les stages à répétition, les boulots pourris dans les bureaux, les sous-paies pour des surqualifications, c’est la même chose que la fermeture des usines, que la succession d’intérim pour les jeunes de milieu populaires. La baisse du niveau de vie, c’est pour toute une génération.

Fakir : Donc la réunion des deux jeunesses est en vue ?
E.T. : Avec un marxisme simpliste, on dirait que oui, ça doit bien se passer, les intérêts objectifs sont les mêmes. Mais le système scolaire, notamment, opère une stratification, il sépare tellement les destins, trie, évalue, que la jonction ne va pas de soi. Et on voit que la jeunesse populaire se tourne massivement vers le Front national…

Fakir : A cause, donc, d’habitudes culturelles différentes ? La techno contre Manu Chao ?
E.T. : Je ne sais pas ça, moi. Il ne vous aura pas échappé que je ne suis pas jeune !
C’est d’ailleurs une chose très positive : voilà quelque chose qui appartient aux jeunes. Enfin ! La société française est sous la coupe des vieux et des banques. Non seulement pour les richesses, mais pour le pouvoir surtout : le suffrage universel devient un mode d’oppression des jeunes par les vieux, qui décident d’un avenir qu’ils n’auront pas à habiter. Je milite pour la mise à mort de ma génération. Donc, l’idée d’un territoire libéré, à la fois des vieux et des banques, ça ne me déplait pas. C’est pour cette raison que l’éviction de Finkielkraut m’est apparu comme une bonne nouvelle. Jusqu’ici, je trouvais les jeunes trop gentils, au vu de la domination qu’ils subissaient.


Fakir : Mais dans ce mouvement, il y a comme un refus de l’organisation…
E.T. : C’est le drame de cette jeunesse : c’est nous, en pire. Les soixante-huitards ont découvert les joies de l’individualisme, mais ils avaient derrière eux, dans leur famille, une solide formation dans des collectifs : le Parti communiste, l’Eglise, les syndicats. Là, ces générations sont nées individualistes, ce sont des soixante-huitards au carré, quasiment ontologiques. Il n’y a même pas le souvenir de ces collectifs forts. Et la volonté de ne pas s’organiser est presque élevée au rang de religion.
Mais c’est terrible parce que s’ils savaient, s’ils savaient à quel point les mecs en face d’eux, les patrons, l’Etat, le Parti socialiste, les banques sont organisés. Ce sont des machines. Et moi qui suis plutôt modéré, keynésien, pour un capitalisme apprivoisé, je me souviens de la leçon de Lénine : « Pas de révolution sans organisation » !

 
> Fakir, c'est ICI

Photo Creative commons par Wikipédia 

 
Lire toutes les infos du blog : 
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles  
 
 

1 commentaire:

Tony Nepos a dit…

Les citoyens veulent l'égalité et pour cela débattent, les anarchistes veulent la liberté et se battent pour ça. Parfois ces deux là se rejoignent, mais le citoyen diffère son envie de liberté, il cherche la liberté grâce à l'égalité. La liberté sans égalité, c'est inutile et le capitalisme l'a bien compris. C'est quoi le comportement d'un patron qui demande de l'aide à un état et qui ne fait pas ce qu'il a promis avec l'argent de l'aide? un mec qui ne supporte aucune loi sauf pour l'aider lui... c'est un anarchiste! dans le sens le moins noble du terme et avec des manières qui font un tas de dégâts, donc le coup de casseurs... faudra chiffrer la casse sociale des entreprises.