Affichage des articles dont le libellé est DSK. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est DSK. Afficher tous les articles

23 mai 2011

Affaire DSK : arrêtons les propos graveleux et le mépris de classe !

 
Halte à la violence contre les femmes
Pourquoi en cas de plainte pour viol, la parole de la femme est-elle systématiquement dévalorisée ? Les propos entendus depuis le début de l’affaire DSK en provenance de la plupart des politiques ou journalistes montrent, hélas, que le viol est encore minimisé dans notre société.

Combien de fois Pierre Moscovici et Jean-Christophe Cambadélis ont-ils répété que l'incrimination contre DSK ne lui ressemblait pas ? (alors qu’ils savent pertinemment que cela lui ressemble trop bien au contraire…). 

Pour Jack Lang, "il n’y a pas mort d’homme". Pour BHL, ça ne ressemble pas à son "ami", la palme d’or revenant incontestablement à un autre ami de DSK, Jean-François Kahn, qui a déclaré le 16 mai sur France-Culture qu’il ne s’agissait après tout que d’un “troussage de domestique”. Pour un peu, JFK nous ferait revenir quelques siècles en arrière, presque au bon temps du “droit de cuissage” médiéval (un seigneur avait le droit d’”essayer” toute femme qui se mariait dans sa juridiction).

Mais aujourd’hui, il est urgent de rappeler à tous ces messieurs (sans majuscule, mais ce n'est pas un oubli) que la présomption d'innocence ne peut pas faire oublier qu'il y a aussi une présomption de victime…


17 mai 2011

No, we kahn't


Dominique Strauss-Kahn est né le 25 avril 1949 à Neuilly-sur-Seine
Avec cette affaire new-yorkaise pour agression sexuelle et séquestration d’une femme de ménage dans une chambre d'hôtel Sofitel, DSK aura réussi l’exploit de faire en sorte que tous les médias fassent un rappel historique de toutes les casseroles qu'il traîne depuis belle lurette.

La liaison avec une économiste hongroise, Piroska Nagy, au début de son mandat au FMI, l’accusation d'agression sexuelle envers la journaliste Tristane Banon en 2002, le témoignage d'Aurélie Filippetti d'une tentative de drague "très lourde, très appuyée" de son camarade de parti, la rémunération de sa secrétaire payée en Suisse par le groupe pétrolier Elf-Aquitaine, l’affaire de la MNEF, la disparition «inexpliquée» de la cassette Méry dans son ancien bureau du Ministère de l’Economie et des Finances s'ajoutent à des erreurs graves de communication pour un candidat à la Présidence de la République : fréquentation de quelques clubs libertins chics de Paris comme le restaurant échangiste "Les Chandelles", ballade en Porsche à 105 000 €, costumes hors de prix, cuisine intégrée de 125 000 € à Washington...

Qu’il sorte blanchi ou pas de ce nouveau faux pas ne changera plus grand chose à sa situation personnelle ébranlée définitivement par cet amoncellement d’affaires douteuses. DSK a semble-t-il perdu le contrôle à un moment décisif pour sa carrière et à quelques semaines des primaires du Parti socialiste dont il était le favori.

Et l’on peut se demander si ce n’est pas finalement une chance pour la gauche en vue de l’élection présidentielle 2012 dans la mesure où le PS a tout intérêt à ne pas être représenté par une personnalité de l’establishment financier qui n’a jamais défendu une vraie solution alternative au système actuel…

22 août 2010

Présidentielle 2012 : le scénario catastrophe pour la gauche…


Un séisme électoral
Un candidat socialiste (social-libéral), un candidat vert, un candidat communiste, plusieurs candidats trotskystes (trois comme à l’accoutumée…), Jean-Luc Mélenchon et Jean-Pierre Chevènement éventuellement présents, voire Paul Ariès pour les décroissants, voilà une palette possible de candidats de gauche en vue du premier tour de la prochaine élection présidentielle de 2012.

Dans ces conditions, au soir du second tour, dimanche 13 mai 2012, au journal de 20h, Laurence Ferrari risque fort d’annoncer la réélection de Nicolas Sarkozy avec 51, 52 ou 53% des voix, battant ainsi le favori des sondages, DSK.

Petit flash-back sur un scénario catastrophe qui a déjà commencé mais qui peut encore être évité si le directeur du FMI n’est pas le candidat du PS à la prochaine élection présidentielle…

15 juillet 2010

DSK et le FMI veulent s’attaquer à la France…


Dominique Strauss-Kahn
Pourtant friande d’articles sur DSK, la grande presse a passé largement sous silence le rapport que le FMI a publié le 15 juin dernier sur la France. 
 
Ce rapport résume les constats préliminaires effectués par les représentants du FMI à l’issue de missions qui s’inscrivent dans le cadre des consultations périodiques de suivi de la situation économique.
 
A la lecture de ce document, si par malheur la France devait être réduite à réclamer l’aide du FMI, le calvaire libéral imposé par Nicolas Sarkozy ne serait qu’un avant-goût de la thérapie de choc imaginée par DSK…  

1 juin 2010

Sans DSK à la tête du FMI, la crise grecque ne serait pas pire...

DSK
Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international pour 500 000 dollars nets par an, s’était engagé initialement, selon ses collaborateurs, à «
modifier la philosophie du FMI pour y insuffler un esprit plus keysianniste
». 

Aujourd’hui, force est de constater que le plan grec est dans la lignée des précédents plans internationaux du FMI. Et l’on aurait du mal à considérer qu’il vire à gauche, comme le rappelle James Galbraith, économiste à l’université du Texas : DSK a tenté un virage, «mais quand on regarde le contenu des conditions de prêts à la Grèce, cela reste finalement très orthodoxe»…