Affichage des articles dont le libellé est public. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est public. Afficher tous les articles

10 mars 2018

Réforme du statut des cheminots : l’arbre qui cache la forêt…

Société nationale des chemins de fer français
Le rapport Spinetta du 15 février dernier sur la libéralisation du transport ferroviaire en France a suscité de nombreuses réactions mais il ne contient en fait rien de nouveau.

C’est toujours la même volonté de transférer des services publics au secteur privé, la dénationalisation du rail étant un projet préparé à Bruxelles depuis plus de 25 ans et soutenu par Emmanuel Macron, son gouvernement et sa majorité… 

30 janvier 2018

La détresse du personnel et des résidents en EHPAD

Aide-soignant et retraité en EHPAD
Le 30 janvier 2018, un mouvement de grève avec occupations des structures d’accueiL a été organisé dans tous les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de France, à l’initiative des organisations syndicales.
 
Une mobilisation qui concerne les personnels mais aussi toutes les familles, qui refusent que les personnes âgées, résidentes en EHPAD, ou qui vont l’être à l’avenir, soient maltraitées et subissent des réductions budgétaires… 

16 février 2017

Le CETA contre l'emploi, l'agriculture et l'environnement

Le CETA est le traité établi entre le Canada d'une part, et l'Union européenne
Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, s'est prononcé en faveur de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA), objet d'une vive contestation. 
Le texte devra encore être ratifié par l'ensemble des parlements nationaux et régionaux de l'UE mais curieusement 90 % de ce traité entrera en application provisoire à partir du 1er mars, sans approbation des Parlements des États membres…

1 août 2013

Affaire Bettencourt : les citoyens ont le droit de savoir !

Veuve de l'ancien ministre André Bettencourt, elle est la première actionnaire du groupe L'Oréal
Un appel " Nous avons le droit de savoir " a été lancé par plus de quarante titres de presse, associations de défense des libertés, syndicats, et des dizaines de personnalités politiques et de la société civile, pour défendre la liberté de l'information.

Dans une décision ubuesque, aussi aberrante factuellement qu’inconséquente judiciairement, la justice vient en effet d’ordonner à Mediapart de supprimer, sur l’ensemble de son site, tout extrait et toute retranscription des enregistrements du majordome qui sont à l’origine de l’affaire Bettencourt… 
 

La liberté de l’information n’est pas un privilège des journalistes mais un droit des citoyens. Dans une démocratie vivante, le pouvoir du peuple souverain suppose le savoir d’un public informé. Être libre dans ses choix et autonome dans ses décisions nécessite de connaître ce qui est d’intérêt public, c’est-à-dire tout ce qui détermine et conditionne nos vies en société. 

S’agissant des affaires publiques, la publicité doit donc être la règle et le secret l’exception. Rendre public ce qui est d’intérêt public est toujours légitime, notamment quand le secret protège indûment des injustices et des délits, des atteintes au bien collectif ou aux droits humains. Ainsi la sécurité des États ne saurait empêcher la révélation de violations des libertés individuelles, pas plus que la sauvegarde de l'intimité de la vie privée, impératif par ailleurs légitime, ne saurait être l’alibi d’infractions aux lois communes.

C’est pourquoi il importe de défendre les journalistes professionnels, les sources d’information et les lanceurs d’alerte ayant permis la révélation de faits d’intérêt général qui, sans leur travail et leur audace, seraient restés inconnus du public. Les soutenir, c’est protéger et étendre un droit de savoir universel, garantie d’un renforcement de la démocratie mondiale à l’heure de la révolution numérique.

Pour toutes ces raisons, nous nous disons solidaires de Mediapart après la récente condamnation lui imposant de censurer, trois ans après leur révélation, ses informations sur l'affaire Bettencourt. En signe de protestation, nous faisons désormais nôtres toutes ces informations. Et nous encourageons les médias, les associations, les élus, les citoyens à les reprendre immédiatement et à les diffuser par tous les moyens démocratiques en leur possession.


> Signer l'appel " Nous avons le droit de savoir " ICI




Photo Creative Commons par Yahoo Images Google




 

14 novembre 2010

Les stratégies de manipulation de l'opinion publique

Une manipulation est un acte consistant à modifier l'état d'une personne sans que celle-ci ne s'en rende compte
Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » utilisées par les élites politiques dans le monde entier, à travers les médias.

Depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation, l’objectif est toujours le même : maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité. 

A l'heure d'un remaniement gouvernemental sarkozien d'un vide sidéral, nul doute que notre Président de la République a appris par cœur ces différentes stratégies qui lui collent à merveille. Il suffit de prendre n'importe quel évènement récent : le résultat est édifiant !

 

10 décembre 2008

Audio-visuel : appel pour un service public de l’information indépendant


Animation audio-visuelle
Toutes les grandes démocraties du monde s’efforcent de garantir l’indépendance et la transparence des grands médias publics : la France va-t-elle, dans ce domaine, effectuer un grand bond en arrière ? 

Nommer directement les patrons de l’audiovisuel public par le pouvoir exécutif, comme au bon vieux temps de l’ORTF et du ministre de l'information Alain Peyrefitte, plutôt que de renforcer les conditions d’impartialité de cette désignation va à contre-courant de l’Histoire. 

Vouloir améliorer de plus la qualité des programmes en tarissant la source vitale de financement de la publicité constitue une mission quasiment impossible pour l’audiovisuel public. Ne pas compenser le manque à gagner par des dotations budgétaires suffisantes ne peut aboutir qu’à la paupérisation de France Télévisions et de Radio France, à un moment justement où la crise économique requiert les deniers publics sur tant d’autres fronts beaucoup plus urgents…

28 juin 2007

En "haut lieu", on ne supportait plus "Arrêt sur images"...

Arrêt sur images (aussi abrégé sous le sigle ASI ou @si)
Suite à la décision de Philippe Vilamitjana, directeur des programmes de France 5, « Arrêt sur images », après douze années de diffusion, ne sera pas reconduite sur la chaîne. Elle sera remplacée par une autre émission où interviendront de « grandes signatures de la presse »... 

Après l’arrêt du «premier pouvoir» d’Elisabeth Lévy sur France Culture, les suppressions de " Charivari " et de la " Bande à Bonnaud ", la déprogrammation de l’émission de Daniel Mermet, « Là-bas si j’y suis » sur France inter, la disparition du Vrai Journal animé par Karl Zéro sur Canal+, avec un ciel couvert de nuages sur l’émission de Serge Moati «Ripostes», c’est au tour de Daniel Schneidermann d’être «remercié». On veut ainsi remplacer toutes les émissions d’investigation et de réflexion par d’autres émissions où le bavardage mondain est la règle…