7 décembre 2008

Cantine Bio à Barjac : pour que nos enfants ne nous accusent pas…

Village de Barjac
Barjac.
Dans un petit village, Barjac, au pied des Cévennes, la population est confrontée aux angoisses liées aux dangers de la pollution industrielle et agro-chimique. 

Ici comme ailleurs, les premières victimes en sont bien sûr les enfants. Que met-on dans leurs assiettes ? Le maire a décidé de réagir contre les produits chimiques et les pesticides, en faisant passer la cantine scolaire en Bio.

Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas...


En France, l’incidence du cancer a augmenté de 93% en 25 ans chez l’homme… Chaque année en Europe 100 000 enfants meurent de maladies causées par l’environnement. 70% des cancers sont liés à l’environnement dont 30% à la pollution et 40% à l’alimentation. Chaque année, on constate une augmentation de 1.1% des cancers chez les enfants.

Combien de maladies, de tumeurs, d’infirmités, de tragédies humaines sont-elles en train de proliférer sans que l’on ne fasse rien, ou si peu ?

Au lieu de se contenter de constater les ravages, il convient de trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas de les avoir abandonnés.

«Nos enfants nous accuseront» raconte la courageuse initiative de cette municipalité de gauche du Gard et de son maire qui décident d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village.

Jean-Paul Jaud a fixé l’objectif de sa caméra sur l’empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole et les dégâts occasionnés sur la santé publique. Il brosse un portrait sans concession sur la tragédie environnementale qui guette la jeune génération.

Le film commence à l’Unesco, lors d’un colloque réunissant des sommités mondiales de la médecine, signataires de l’Appel de Paris. Les différents intervenants du film, enfants, parents, enseignants, soignants, journalistes, paysans, élus, scientifiques, chercheurs, livrent leurs sensations, leurs analyses, leurs angoisses, leur colère, le fruit de leurs travaux à la caméra.

Chacun raconte son expérience, dénonce les abus, pose les problèmes, mais tous proposent des solutions, à condition que les différents organes de décision prennent leurs responsabilités. Des témoignages édifiants et bouleversants sur une réalité qu’il est urgent de maîtriser…

Un grand bravo au conseil municipal de Barjac pour cette initiative ainsi qu'au réalisateur qui a fait un film formidable !



> Bande annonce à visionner et à transmettre ICI
 

Photo : Barjac Cévennes France par Phillip C


Lire la suite du blog :

2 commentaires:

olivier a dit…

Le bio dans les cantines, c'est bien, à condition de suivre une logique de saison et de privilégier autant que possible les produits locaux (a priori, c'est ce qui est fait à Barjac).

Frédéric a dit…

Les cantines ne servent pas que de la nourriture au rabais. Dans l’école dans laquelle je travaille, la nourriture est assez bonne mais les enfants mangent peu parce qu’ils n’aiment que le coca, les nouilles et la viande hâchée et quand vous voulez les obliger à goûter autre chose, l’enfant rentre chez lui en pleurant et les parents interviennent tout de suite pour que cela cesse !