17 octobre 2020

Hommage à Samuel Paty, mort pour la France

Professeur d'histoire-géographie
Vendredi 16 octobre 2020, 
Abdoullakh Anzorov a décapité Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie, à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d'être abattu par la police à Eragny (Val d'Oise), une ville voisine du lieu du drame.

Ce professeur courageux enseignait à ses élèves de 4ème depuis des années, avec doigté, le concept de liberté de conscience et la liberté d’expression, en utilisant, entre autres, les caricatures de Mahomet publiées par le journal Charlie Hebdo...


L’horreur de l’assassinat islamiste de Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie au collège des Aulnes, à Conflans-Sainte-Honorine, est un traumatisme national et précipite aussi la destruction d’une famille, la douleur et la peine d’êtres humains dont nous sommes tous solidaires.

Ce professeur a été dénoncé et jeté en pâture sur les réseaux sociaux par des parents d’élèves fanatiques. Il a trouvé sur son chemin un fou de dieu, excité par la vindicte islamiste, pour l’égorger et le décapiter.

Après cette insoutenable barbarie et après les 267 morts de l’islamisme depuis 2012, il n’est plus temps de composer. Des forces obscurantistes, ennemies mortelles de la République, nourries par le fanatisme aveugle, ont déclaré la guerre à la France et à son creuset, l’École. La pire des guerres, une guerre civile, une guerre de religions... 

Ces forces, comme les frères musulmans, sont ouvertement violentes et se glissent insidieusement dans les rouages de l’État, des collectivités et des associations.

La France doit être sans pitié avec les complices, directs ou indirects de cet acte. Il ne devra y avoir aucune indulgence vis-à-vis de quiconque aura contribué par haine ou par lâcheté, à commettre ou laissé commettre cet acte odieux, sans faire tout ce qui était en son pouvoir pour l’arrêter.

Il est essentiel que dès aujourd’hui toutes les mesures soient prises par le gouvernement, le Ministre de l’Éducation nationale et les Préfets pour garantir que tous les cas de menaces s’exerçant à l’encontre d’enseignants soient identifiés, répertoriés et que chaque cas fasse l’objet de poursuites judiciaires immédiates.  

Reconnaître le droit au blasphème partout en France

Si l’attentat contre Samuel Paty s’est attaqué à la liberté d’expression et à la démocratie, cette liberté fon­da­men­tale en France implique aussi le droit de cri­ti­quer les reli­gions et de les tour­ner en déri­sion. 

Parmi toutes les mesures à prendre, il en est une qui serait à la fois courageuse et significative, c’est celle concernant le blasphème. Bien que légi­time et autorisé, il existe toujours en France, dans les dépar­te­ments d’Alsace et de Moselle, un « délit de blas­phème », ves­tige dans le « droit local des cultes » de l’occupation bis­mar­ckienne de 1870. Il est tou­jours prévu et réprimé par l’article 166 du droit pénal local !

L’abrogation de cette disposition anachronique ne por­te­rait pas atteinte au libre exer­cice des cultes, puisque celui-ci est garanti par­tout en France par la Consti­tu­tion et la loi du 9 décembre 1905. Ce serait même un acte hau­te­ment sym­bo­lique, un devoir mini­mal du Par­le­ment et du Gou­ver­ne­ment fran­çais, à l’égard de la mémoire de toutes les victimes d’attentats terroristes.

Mettre fin à cette déro­ga­tion régionale poten­tiel­le­ment meur­trière aurait en même temps la valeur d’une réaf­fir­ma­tion, pour l’ensemble du ter­ri­toire, de la por­tée des liber­tés républicaines et un signal fort à l’égard de toutes les religions dont l’Islam qui a pris un sérieux retard sur sa nécessaire conversion laïque.

Si Emmanuel Macron, par ailleurs «chanoine de Latran», s’est engagé à renforcer les prin­cipes fon­da­men­taux de la loi de 1905 sur la laï­cité, il n’a rien dit sur le Concor­dat napo­léo­nien en Alsace-Moselle et donc la fin du délit de blasphème sur l'ensemble du territoire national.

Donner des gages aux religions n’est sans doute pas la meilleure réponse à apporter pour défendre la laïcité. C’est pourquoi, il convient d’exiger de la part du gouvernement l’abrogation immé­diate, par voie légis­la­tive, de ce délit de blas­phème déro­ga­toire aux lois de la Répu­blique…


Photo Creative Commons 


Lire toutes les infos du blog : 

11 octobre 2020

Casino ne doit plus vendre du bœuf issu de la déforestation en Amazonie !

Domaines agricoles d'exploitation extensive

Le groupe Casino, très présent au brésil, se fournit en viande dans des élevages de bétail situés en Amazonie, dont certains sont mis en cause dans la déforestation illégale à grande échelle.

L’Amazonie, déjà en grand danger, voit ainsi des multinationales françaises de la grande distribution s’approvisionner dans des fazendas brésiliennes, domaines agricoles d’exploitation extensive…

3 octobre 2020

Appel pour soutenir le journal "Le Ravi"

Éditer un journal libre est décidément un sport de combat. Le Ravi, mensuel dédié à l’enquête et à la satire en Provence-Alpes-Côte d’Azur, poursuit sa lutte judiciaire face à l’acharnement de l’Odel Var (Office Départemental d’Education et de Loisirs).

La direction de cet organisme parapublic en charge des centres de loisirs, dirigé par un élu LR, mène en effet un procès bâillon entravant la liberté d’informer du journal...

27 septembre 2020

Vers une nouvelle vague de désindustrialisation ?

Alors que le gouvernement français vient de présenter définitivement son plan de relance « France Relance », de 100 milliards d’euros, son contenu et son ampleur n’apparaissent pas à la hauteur des enjeux auxquels la France est confrontée.

Ce plan, annoncé depuis de nombreux mois, intègre à la fois des crédits, garanties, dotations, en réalité pour beaucoup déjà alloués, et qui pour d’autres prendront de longs mois avant d’intervenir dans l’économie.

Et tandis que l’idée-même de planifier semblait jusqu’alors irrecevable pour Emmanuel Macron, voici que le nouveau premier ministre Jean Castex annonce la résurrection d’un vieil outil de prospection et d’action publique de l’après-guerre, le Commissariat au Plan.

François Bayrou a été nommé à sa tête en tant que Haut-Commissaire mais cette annonce intervient sans réelles explications sur le contenu de la mission du Commissariat, ni sur les moyens qui lui seront alloués, ni sur les limites qu'imposera la Commission européenne...

Dès lors, assistons-t-on réellement au retour d’un État plus stratège ou bien à une simple annonce marketing d’un État sans solutions pour reconstruire industriellement et écologiquement notre pays ?

Anaïs Voy-Gillis, docteur en géographie économique de l’Institut français de géopolitique et auteur d’une thèse sur la réindustrialisation française apporte un certain nombre d’éléments de réponses…

20 septembre 2020

Hommage à Marcel Trillat

Journaliste
Marcel Trillat nous a quitté le 18 septembre dernier à 80 ans. Il était une voix et un regard, l’une des personnalités de la télévision qui a marqué les années 70.

Résistance, c’est le mot qui résume sa vie de journaliste consacrée aux luttes sociales, aux précaires, aux oubliés, aux prolos à travers ses reportages et ses documentaires...

18 septembre 2020

Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres

Journée de l'arbre
Devant le danger réel d'une gigantesque expansion mondiale des plantations d'arbres en monoculture, principalement en Afrique, le continent qui présente « le potentiel de reboisement le plus rentable au monde », selon une étude de la Banque africaine de développement (BAD) et du WWF-Kenya.

Face à cette menace, un groupe d'organisations de pays africains publie une lettre ouverte qui vise à alerter les citoyens des pays du Nord sur le rôle que jouent leurs agences de développement dans la promotion de cette expansion...