21 novembre 2021

Chèque-inflation de 100 € : des étrennes honteuses pour protéger le pouvoir d'achat !

L'aumône de la honte
Face à l’envolée des prix de l’énergie, une « indemnité inflation » de 100 euros sera versée, fin décembre 2021, à tous ceux qui touchent moins de 2000 euros nets par mois.

Ce petit geste d’Emmanuel Macron est avant tout électoraliste et ressemble surtout à une aumône honteuse de fin d'année qui ne répond pas aux racines du problème de la hausse des prix…


Le pouvoir d’achat est de loin la préoccupation principale des Français. Emmanuel Macron et son gouvernement s’inquiètent des mobilisations sociales éventuelles que pourrait susciter la forte hausse des prix de l’énergie : +20,1% sur un an, selon l’INSEE, et ce d’autant plus que nous sommes à moins de six mois de l’élection présidentielle.

Un pansement sur une jambe de bois

Derrière la façade de la communication, ce versement d’une « indemnité inflation » à 38 millions de personnes est incohérent et ne résout pas le vrai problème du pouvoir d’achat des Français.

D’abord le montant de cette indemnité de 100 € paiera en réalité moins de deux pleins d’essence et représente seulement 8,33 € par mois !  Ensuite le ciblage de cette mesure pose question, puisqu’elle est versée indépendamment de la possession et de l’utilisation d’un véhicule. 

Une taxe « flottante » sur les prix des carburants - c’est-à-dire un ajustement de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE, anciennement appelée « TIPP » ) en fonction des variations du cours du pétrole brut - aurait sans doute été plus appropriée. Mais cela ne se serait pas vu directement sur la fiche de paie…

Le gouvernement aurait également pu faire pression sur les distributeurs et producteurs d’énergie pour qu’ils baissent leurs marges, voire directement taxer leurs surprofits, comme l’a décidé le gouvernement espagnol. Le bénéfice exceptionnel du groupe Total de 4,6 milliards € au troisième semestre 2021 - en hausse de 200% par rapport à l’an dernier - est ainsi à comparer aux 3,8 milliards € que représente l’indemnité inflation.

Mais le plus rationnel aurait été de baisser les taxes sur le prix du litre d’essence car on ne répétera jamais assez que la part des taxes sur les carburants est absolument colossale en France. Elle oscille entre 66,20% et 68,40% par litre en fonction du carburant !

  • Sans-Plomb 95 : 68,40%
  • Sans-Plomb 95-E10 : 67,42%
  • Sans-Plomb 98 : 66,20%
  • Gazole : 67,44%

De plus, ces quelques milliards distribués à l’approche des élections sous la forme de ce chèque inflation seront en fait payés par les contribuables car l’Etat va engranger des recettes supplémentaires via l’augmentation du prix du carburant et donc par voie de conséquence l’augmentation du montant des taxes.

Ce chèque de 100 € rappelle d’ailleurs la hausse de la prime d’activité annoncée suite au mouvement des gilets jaunes : plutôt que de relever le SMIC et d’engager des discussions avec les syndicats pour augmenter les salaires, comme cela avait été le cas en mai 1968, le pouvoir a préféré octroyer un autre petit chèque.

Et une fois l’élection présidentielle passé et avec près de 120% de dette par rapport au PIB, nul doute que les technocrates de Bercy et de Bruxelles exigeront de nouvelles « réformes structurelles », en commençant par la réforme des retraites. Or, les réformes mises en place depuis 2017, de l’assurance chômage à la baisse des APL en passant par la hausse de la CSG, ont toutes conduit à une perte de pouvoir d’achat de la majorité de la population.

Une hausse des petits salaires aurait été bien plus efficace. D’abord, elle aurait permis de répondre à l’inflation, qui, en raison de la forte reprise de la demande au niveau mondial et de la désorganisation des chaînes logistiques suite aux mesures sanitaires, risque de durer. D’autre part, une revalorisation des faibles salaires aurait injecté directement de l’argent dans l’économie réelle.

Au contraire, la politique fiscale du gouvernement se fonde toujours sur le principe du fameux « ruissellement », qui consiste à baisser la pression sur les plus riches (fin de l’ISF et de l’exit tax, flat tax…) ou à espérer vainement que l’épargne COVID des couches aisées finisse par être dépensée.

Quant à l’électricité, elle ne pourra redevenir abordable qu’à condition de sortir du marché absurde imposé par l’Union européenne. Cette dernière oblige en effet EDF à vendre 25% de sa production à ses concurrents, qui ne l’achètent que si elle est moins chère que celle qu’ils peuvent produire, c’est-à-dire… si EDF vend à perte. D’autre part, afin de créer un marché commun à l’échelle européenne, le prix unique est fixé sur le coût marginal de l’électricité, c’est-à-dire le coût de production d’un MWh supplémentaire. Or, les centrales à gaz sont souvent les plus efficaces pour assurer ce surplus momentané de production, ce qui revient à aligner le tarif de l’électricité sur les cours du gaz. Pour la France, dépendante à 70% du nucléaire et souvent exportatrice net, ce système est clairement défavorable. 

Ainsi, tant que la privatisation du secteur se poursuivra, la hausse des prix de l’énergie risque de perdurer. Le chèque de 100 euros consenti par le gouvernement passera alors pour ce qu’il est vraiment : une aumône largement insuffisante pour se déplacer, se chauffer et s’éclairer correctement.

Un seul moyen pour préserver durablement le pouvoir d’achat   

Pour la plupart des salariés et retraités, le niveau de vie baisse depuis de nombreuses années suite à la suppression de l’échelle mobile des salaires en 1982 par la gauche au pouvoir. Si officiellement la hausse du pouvoir d'achat des ménages est toujours légèrement positive, c’est parce qu’elle concerne que le revenu moyen des ménages qui n’est qu’une simple moyenne mathématique ne correspondant à aucune réalité socioprofessionnelle.

En fait, seule une réintroduction de l’échelle mobile des salaires serait de nature à se préserver de l'inflation sans que les syndicats aient à ferrailler chaque année contre les gouvernements successifs ou les organisations patronales pour réclamer un réajustement des salaires.

L’échelle mobile favorise en outre une solidarité entre les travailleurs des secteurs forts et ceux des secteurs faibles ainsi qu’entre les travailleurs actifs et inactifs. Elle est un facteur de stabilité sociale : les négociations salariales peuvent se concentrer sur l’augmentation réelle des salaires. C’est également un facteur de stabilité économique car le maintien du pouvoir d’achat représente un facteur de consommation et donc de croissance économique.

Ce système existe dans plusieurs pays comme la Belgique et le Luxembourg. Il peut revêtir différentes formes (ajustement automatique des salaires à chaque variation de l'indice des prix, ajustement dès que l'indice choisi dépasse un certain seuil, ajustement à périodes fixes en fonction des variations enregistrées, etc.). Il existe également mais sans caractère automatique en Allemagne ou aux Pays-Bas : les syndicats doivent alors négocier pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie depuis les négociations précédentes à la suite de l’inflation.

Et contrairement à ce qu’affirment certains pseudo-consultants qui professent à longueur d’année sur les plateaux télé, une réintroduction de l’échelle mobile des salaires, datant de juillet 1952 sous la présidence de Vincent Auriol (SFIO), ne nuirait pas au développement économique. Elle ne favoriserait pas non  plus l’inflation car celle-ci est basée sur l’évolution réelle des prix qui s’est déjà produite au cours du ou des mois précédents. Ces " experts économiques " ont tendance à confondre les notions de réelle augmentation des salaires (supérieure au taux d’inflation) et de simple maintien du pouvoir d'achat suite au mécanisme d’indexation (égal au taux d’inflation).

En France, en ayant négligé la question essentielle du maintien du pouvoir d’achat, les gouvernements successifs depuis 1982 portent une lourde part de responsabilité dans les difficultés financières que rencontrent  des millions de salariés et retraités. Et aujourd'hui, en vue de l’élection présidentielle de 2022, tout indique hélas qu'Emmanuel Macron comme ses principaux concurrents ne proposeront pas un système d’indexation automatique des salaires et des retraites sur le taux d'inflation pour protéger le pouvoir d’achat...


Photo Creative Commons 



Lire toutes les infos du blog :

06 novembre 2021

COP26 : le festival du statu quo...

La COP26 qui se tient à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, peu après la semonce du dernier rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) nous alerte à nouveau sur les graves conséquences d’un dérèglement climatique déjà en marche.

Mais à l'image des précédentes COP et au vu de l’absence de trois pays importants (Chine, Russie et Brésil), la COP26  aura du mal à échapper à un bricolage constitué de la somme des égoïsmes nationaux, aussi bien en matière de financements que d’objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre…

29 octobre 2021

Présidence d'Emmanuel Macron : un quinquennat entaché d'une multitude d'affaires (2)


Affaires judiciaires
Arrivé au pouvoir en bénéficiant de l'effondrement de la droite causé par l'affaire Fillon, Emmanuel Macron avait pour objectif de moraliser la vie publique.

Mais depuis son élection, une quinzaine de ses ministres et membres de son cabinet ont été cités ou directement visés dans des affaires ou enquêtes judiciaires…

23 octobre 2021

Présidence d'Emmanuel Macron : un quinquennat entaché d'une multitude d'affaires (1)

Affaires judiciaires
Arrivé au pouvoir en bénéficiant de l'effondrement de la droite causé par l'affaire Fillon, Emmanuel Macron avait pour objectif de moraliser la vie publique.

Mais depuis son élection, une quinzaine de ses ministres et membres de son cabinet ont été cités ou directement visés dans des affaires ou enquêtes judiciaires…

12 octobre 2021

Les Républicains dignes de Guignol !

Guignolade
L’ascension d’Éric Zemmour dans les derniers sondages, est présentée par la plupart des observateurs politiques comme dangereuse pour le Rassemblement National mais elle pourrait l’être encore plus à terme pour les Républicains.

En effet, l’électorat potentiel d’Éric Zemmour ressemble à celui des Républicains : âgé et plutôt aisé, ce qui pourrait conduire LR à finir la séquence électorale de 2022 dans le même état que le PS en 2017…