16 août 2022

Incendies : les moyens de l’Office national des forêts également en cause

Incendies en France

Alors que des milliers d’hectares de végétation partent en fumée en Gironde et dans d’autres régions de France, de nombreux élus de communes forestières, outre le problème de l'insuffisance des moyens humains et matériels, pointent aussi les coupes que l’État impose depuis des années au service public forestier... 


L’ONF est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) disposant de l’autonomie de gestion depuis sa création en 1966 sous l’impulsion d’Edgard Pisani, ministre de l’Agriculture (1961-1966) qui a contribué à faire entrer l’agriculture française dans le productivisme et l’exportation.

Il gère 25 % de la forêt française, soit au total 11 millions d'hectares de forêts publiques dont 4,6 en France métropolitaine et 6,4 dans les départements d’outre-mer, pour l’essentiel en Guyane française. Il gère également des écosystèmes associés à la forêt tels que tourbières, dunes, pelouses alpines, pour une surface de 5 340 km2.

Que se passe-t-il à l’office national des forêts ?

Les syndicats dénoncent un profond malaise et expriment leur ras-le-bol face à l’attitude de l’ONF et des tutelles consistant à sacrifier les forêts publiques sur l’autel du libéralisme économique. Ils réclament plus de moyens humains pour tenir leur rôle de vigie mais aussi pour anticiper les opérations de reboisement et faire face aux enjeux écologiques de demain.

En cause, une déferlante de réformes depuis 2001, qui ont profondément transformé le métier de forestier et raboté les effectifs. On a scindé les activités des forestiers, on les a spécialisés, sectorisés et privés ainsi de vision globale. Parallèlement, on est passé de 15 000 agents en 1986 à 8 400 aujourd’hui, soit près de la moitié des d’effectifs en moins.

Les agents de l’ONF souffrent ainsi de ne plus pouvoir faire leur travail correctement. Faute de moyens, ils ne peuvent plus assurer la surveillance et le suivi des parcelles de forêts coupées. « Lorsqu’ils les voient abîmées, ils ont le sentiment de trahir leur mission » précise Philippe Berger du syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel). 

Le résultat aujourd’hui est là malheureusement : chaque forestier doit faire face à une plus grande surface de forêt à gérer, à une surcharge de travail. La direction de l’ONF a en effet tout axé sur la productivité, au détriment des missions de service public, traitant la forêt comme une grande usine à bois et non plus comme un milieu à préserver et gérer durablement. La quête de rentabilité conduit ainsi à bafouer la culture des forestiers, en les obligeant, par exemple, à des coupes trop fréquentes, sur des arbres trop jeunes et de faible diamètre.

Le malaise des agents continue donc et les suicides ne cessent pas. Plus de 50 agents se sont suicidés de 2005 à 2020. Même si les syndicats ne se prononcent qu’avec prudence sur une cause professionnelle des suicides, tous dénoncent un profond malaise et expriment leur ras-le-bol face à l’attitude de l’ONF.

Une gestion chaotique

En novembre 2019, à l’issue de la réunion du conseil de défense écologique, le gouvernement propose la nomination de Bertrand Munch, directeur général de l’Office national des forêts.

En janvier 2020, dans une lettre adressée aux salariés de l’ONF, le nouveau directeur général informait d’une privatisation indirecte de l’établissement public. En effet, une modification législative du Code forestier permet de généraliser l’accès du personnel de droit privé aux fonctions de pouvoir de police jusqu’alors limité aux fonctionnaires assermentés. Cette mesure fragilise la protection des forêts, le statut de contractuel faillible aux pressions ne permettant pas de faire appliquer la loi en toute indépendance et impartialité.

En juin 2020, la Convention citoyenne pour le climat propose de « pérenniser l'existence de l'ONF et d'en augmenter les effectifs », et afin de « garantir une gestion nationale et indépendante de tout intérêt financier privé » que « cet organisme reste public ».

En janvier 2021, Olivier Rousset est nommé Directeur général adjoint.

En février 2021, M. Antoine Lefèvre, sénateur de l'Aisne, attire l'attention du ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur le malaise croissant vécu par les employés de l'office national des forêts  compte tenu des réductions drastiques d'effectifs qui y sont menées :

  • « Les baisses d'effectifs doivent s'ajouter à une invasion de scolytes, insecte ravageur creusant des galeries dans les épicéas afin d'y pondre leurs œufs, dans les étendues forestières des Hauts-de-France et de la région Grand-Est. L'accroissement de la masse de travail occasionné par la gestion de cette invasion, dévastatrice pour l'équilibre des faunes et flores forestières, donne lieu à une surcharge intenable pour les 8 000 agents forestiers plutôt que d'être contré par un renforcement des effectifs. Dans l'Aisne, les 144 000 hectares de surface forestière doivent être entretenues et gérées par seulement 36 agents, qui doivent en conséquence rationaliser leurs journées au détriment de la qualité du travail voire de leur propre santé. Entre 2005 et 2020, 51 agents de l'ONF ont ainsi mis fin à leurs jours, une donnée particulièrement alarmante.
  • Les constats de recours croissant à des offres privées de personnel afin d'assurer des missions de police forestière posent notamment question sur le regard porté par l'État sur sa mission de protection des patrimoines forestiers, et laissent entrevoir un désengagement progressif qui serait lourdement préjudiciable à la santé des forêts et du patrimoine naturel. »

En mars 2022, le directeur général Bertrand Munch est révoqué, ses méthodes de management ayant été mises en cause.

En avril 2022, Olivier Rousset, nommé Directeur général adjoint en janvier 2021 par Bertrand Munch devient Directeur général par intérim.

En juillet 2002, l'ingénieure Valérie Metrich-Hecquet devrait être nommée à la tête de l'Office national des forêts (ONF), selon une proposition de l'Élysée.

Outre le problème des effectifs, la valse des directeurs généraux montre si besoin était une gestion pour le moins chaotique. En fait, l'Etat ignore toujours l’intérêt général car que le volume de l’emploi public ne doit pas être la variable d’ajustement permettant d’éponger les déficits publics. Le nombre d’agents publics doit correspondre à ce qui est nécessaire au meilleur accomplissement des missions pour le bien de toute la population. 

Tous les responsables de ce désastre et Emmanuel Macron au premier chef seront comptables devant les personnels, les citoyens et les générations futures. Et s’il y a une vérité qui s’impose aujourd’hui, c’est bien celle de la nécessité de mettre en œuvre une toute autre politique, dans l’intérêt des salariés de l’ONF et de la population…


Photo Creative Commons 



Lire toutes les infos du blog :

25 juillet 2022

Sauvegarder les hérissons !

Espèce en danger
Les espèces de hérissons sont très importantes pour la biodiversité, notamment pour équilibrer l’écosystème et éviter de futures catastrophes écologiques.

Mais en France, la population de hérissons est actuellement en déclin au point que l’espèce pourrait disparaître complètement d’ici trois ans.. 

 

18 juillet 2022

Une fausse hausse du taux du livret A

Taux

Suivant la recommandation du gouverneur de la Banque de France, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé dans une interview au journal Le Parisien, jeudi 14 juillet, une hausse du taux du Livret A à 2 % à compter du 1er août 2022.

Une mesure apparemment positive mais le vol des épargnants continue plus que jamais…

24 juin 2022

Les grands singes au bord de l’extinction

Gorille
La journée mondiale des grands singes du 24 juin a été l’occasion de rendre hommage à cette famille de mammifères à laquelle appartient Homo Sapiens et de rappeler les menaces qui pèsent sur la quasi-totalité des espèces qui la composent.

Pour ce faire, l’association « Initiative pour le Progrès et la Protection de l’Environnement » à travers son club CPN Gorilla, mène des activités de sensibilisation dans les écoles se trouvant dans les agglomérations du Parc national des Virunga (PNVi). Elles permettent aux élèves de découvrir les animaux en danger que les écosystèmes congolais abritent...


09 juin 2022

L’appel d’économistes en faveur du programme de la Nupes aux prochaines élections législatives

2022
Réduction du temps de travail, retraite à 60 ans, SMIC à 1 500 euros nets par mois…la Nupes a dévoilé son programme économique qu’elle appliquerait en cas de victoire aux prochaines élections législatives.

Des mesures aussitôt critiquées par la majorité présidentielle, le gouvernement et les pseudo-consultants des grands médias. Mais dans une tribune publiée par plusieurs dizaines d’économistes, parmi lesquels Thomas Piketty, Jacques Généreux, Aurélie Trouvé, Julia Cagé ou Bernard Friot, défendent à l’inverse le contenu du programme économique de la Nupes…

04 juin 2022

Avions, pesticides, poules en cage... ce qu'ont voté les députés sous Emmanuel Macron !

Climat et écologie
La composition du nouveau gouvernement et la campagne pour les élections législatives ont été placés par Emmanuel Macron notamment sous le signe du climat et de l’écologie en général.

Réelle conviction ou coup de com ? Le bilan des cinq dernières années ne plaide pas pour un réel changement de politique en matière environnementale…