19 janvier 2009

Plus de 60 ans de conflit israélo-palestinien : maintenant ça suffit !

Drapeaux du conflit Israëlo-Palestinien
Drapeaux.
La vérité sur le conflit israélo-palestinien a de plus en plus de mal à se frayer un chemin dans la presse et les médias en général. La guerre à Gaza serait la résultante d’un combat "éternel" entre juifs et arabes ou musulmans alors qu’on assiste en réalité à un conflit de type colonial depuis plus de 60 ans.

Et il convient de s’interroger sur un discours qui n’est pas seulement celui d’Israël, mais du monde occidental et dans lequel le colonisé a toujours tort...


Dans le drame de la bande de Gaza aujourd'hui, il y a d’abord la morale. Les écoles de l'ONU ou les convois humanitaires constituent-ils des objectifs militaires? Les responsables du Comité International de la Croix Rouge (CICR) déclarent eux-mêmes : "L'armée israélienne n'a pas respecté ses obligations requises par le droit international humanitaire. Le retard dans l'autorisation d'accès aux services de secours est intolérable." Devant le massacre qui s’accomplit, les ONG dénoncent le crime de guerre d’Israël et l'utilisation notamment d'armes au phosphore contre la population civile.

Viser des femmes, des enfants, des hôpitaux, des ambulances, des écoles, de façon aussi répétée, ce ne sont pas des “bavures” ou des dérapages. Des faits semblables ont été commis en 1948, 1967, 1982, 1987-1993, 2000, 2006…

Le bureau palestinien des statistiques a dressé un premier bilan des trois semaines de combats à Gaza. Au moins 1 300 Palestiniens ont péri, dont 410 enfants. Les blessés se comptent par milliers. Ont été détruits 4000 bâtiments d’habitations, 48 immeubles gouvernementaux, 30 commissariats, 18 écoles, 20 mosquées et une grande partie du réseau d’eau et d’électricité. Ce qui n’empêche pas Ehud Olmert d’affirmer «qu’Israël a démontré une grande sensibilité en exerçant sa force de manière à éviter, autant que possible, de toucher les victimes civiles»…

En fait, tout se passe comme si Israël poursuivait la réalisation d’un plan à long terme : terroriser la population et la forcer à évacuer le territoire. Cette stratégie cherche aussi à convaincre la population palestinienne que le Hamas la prend en otage, en espérant ainsi priver l'organisation de tout soutien populaire.

Et le gouvernement israélien avait surtout, dans cette affaire, un agenda très particulier qu’il tenait absolument à respecter, celui de ses propres élections et du changement de président américain. Comme par hasard, les autorités israéliennes ont décidé de commencer un retrait de Gaza, la veille, jour pour jour, de l’investiture officielle a de Barack Obama !

Quant à la solution définitive au conflit, elle existe depuis longtemps mais il ne manque que la volonté politique de l’appliquer : décolonisation des territoires, levée du blocus de Gaza et établissement d’un État palestinien.

Mais rien ne se fera tant que le médiateur ou arbitre censé être au-dessus de la mêlée seront les Etats-Unis avec la partialité qui les caractérise, la nomination d’Hillary Clinton au poste de chef de la diplomatie américaine par Barack Obama n'étant pas forcément de bon augure…

Durant sa campagne en effet, elle s’est toujours refusé à présenter des excuses pour son vote en faveur de la guerre en Irak, en 2002. En Afghanistan, Hillary Clinton a appelé au déploiement de troupes supplémentaires sur place. Dans le conflit israélo-palestinien, elle a notamment soutenu la construction du mur de protection israélien : “La première priorité de tout gouvernement et d’assurer la sécurité de ses citoyens, et c’est pourquoi je soutiens fermement le droit d’Israël de construire une barrière de sécurité pour se préserver des terroristes", a-t-elle déclaré en 2005.

Pendant que Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner ont tendance à gesticuler en faisant semblant de négocier (avec une seule des parties!), pendant que l’Europe se sent toujours aussi coupable plus de 60 ans après l’holocauste, le conseil de sécurité des Nations Unies a adopté, à l'exception des Etats-Unis, la résolution 1860 qui demande un cessez le feu.

Ce devrait être le signal, pour le gouvernement israélien, que maintenant, ça suffit !



Lire toutes les infos du blog :

 

7 commentaires:

michel a dit…

On pourrait ajouter aussi la dénonciation explicite de la complicité française qui, elle aussi, relève du néo-colonialisme...

paco a dit…

Il faut se soucier des Gazaouis mais aussi des Tamouls massacrés par milliers par le SriLanka, des Darfouri tués par le gouvernement soudanais...

Pour le moment, les 3 quarts des dépêches de presse se focalisent sur ce seul conflit, ce qui ne manque pas de rendre l’écho démesuré, gonflé, déformé, et du coup, de rendre l’opinion française hystérique.

sauveur a dit…

Il faut dénoncer aussi le comportement mensonger de la grande majorité des journalistes français qui sont de véritables porte-parole de l’Etat d’Israël.

Anonyme a dit…

Pour 2009, voici mes voeux : je souhaite régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peut président de la république, en lui envoyant un avocat. Et toi, cher blogueur ?
voila. Sinon ça, c’est une tentative de gros scandale public, ça peut toujours servir à calmer du monde. Merci pour l'espace d'expression.

Rohic a dit…

Plus de 2000 bombes tombées au hasard sur Israël en 2008. Cela aussi, c'est de l'information. Cyniquement, on pourrait dire que le Hamas a réussi son coup en forçant l'ogre israélien à sortir de ses gonds. Les abrutis s'entendent très bien quand il s'agit de bouffer de la chair humaine.
Les peuples Palestiniens et Israéliens ont droit à la paix. Leur grande majorité y aspire. Je le leur souhaite. Sincèrement.

Sur le colonialisme, il faut arrêter. Israël, c'est en gros la Bretagne. Je n'entends jamais aucun Palestinien revendiquer la partie du territoire située sur l'actuelle Jordanie. Comme il eut sans doute fallu que les occidentaux s'alarment davantage de la colonisation ashkénaze, au lendemain de la chute du mur de Berlin. Il ne suffit pas de décréter sa vérité pour qu'elle devienne réalité. Cliver n'est pas jouer.

Et je veux réaffirmer ma foi dans une solution partagée et paisible pour tous… Enfin !

Albert a dit…

@ Rohic,

Je partage en gros votre appréciation sur le Hamas mais qui a fabriqué de toute pièce cette organisation ?

C'est le manque de volonté d'Israêl et du monde occidental en général d'aller rapidement vers la création d'un état palestinien viable qui est à l'origine des débordements du Hamas. La continuation des implantations de colonies juives sur le territoire palestinien en est le signe le plus évident.

Espérons que Barak Obama puisse convaincre Israël d'accepter demain ce qu'il n'a pas accepté hier...

Salutations,
Albert

AT a dit…

Qu’on nous permette de poser quelques questions simples.

En Irak, les extrémistes sunnites ont tué des milliers de chiites depuis des années en se
faisant sauter dans la foule, parfois dans les mosquées. Où étaient les communautés
musulmanes d’Europe quand ces crimes se commettaient au nom de l’islam ?

Au Congo, des millions de gens sont morts dans d’épouvantables massacres (un grand bravo à la Belgique, au passage, pour son efficacité….). Dans quelles villes les foules se sont elles
mobilisées pour ces victimes ?

Au Soudan, plusieurs centaines de milliers de personnes ont été assassinées par des milices arabes ces dernières années. Non seulement l’Europe n’est pas descendue dans la rue mais la France, qui se faisait l’avocate d’une intervention humanitaire il n’y a pas encore si longtemps, est devenue bien silencieuse. Où sont les manifestants ?

En Birmanie, un nombre indéterminé de civils sont emprisonnés, torturés, assassinés par
la junte. Où sont les politiques occidentaux ?

Au Zimbabwe, Monsieur Mugabe préfère laisser mourir du choléra ceux qui ont survécu à la famine et aux troubles que son régime imbécile provoque plutôt que d’accepter « l’ingérence » étrangère. Qui se mobilise ?

A Cuba, le régime communiste continue à emprisonner ses opposants, même quand leur
seul crime est de chercher une information objective sur Internet. Que font les intellectuels européens ?

En Iran, le régime éclairé des Mollah a inventé des machines à arracher les yeux et trancher
les mains pour mieux appliquer la charia et pend à des grues de dangereux criminels tels que
l’avocat des droits de l’homme Ya’qub Mehrnahad (père de quatre enfants…) ou de jeunes
homosexuels. Où sont nos défenseurs des Droits de l’Homme ?

Au Pakistan et en Afghanistan, des intégristes ou, simplement, des défenseurs du régime patriarcal vitriolent les jeunes écolières et violent les femmes. Où sont nos défenseurs des «femmes et des enfants de Gaza» ?

Et cette liste, malheureusement, est loin d’être exhaustive…