29 juin 2010

Pour le retour de l’indépendance et de l’impertinence sur France Inter

Les auFrance Interditeurs de France Inter ne retrouveront pas Stéphane Guillon et Didier Porte dans la nouvelle matinale du mois de septembre, à la rentrée. 

Cette décision radiale de Jean-Luc Hees, patron de Radio France, montre une nouvelle fois que si les intérêts financiers et marketing prennent souvent le pas sur le respect de l’auditeur, c’est aujourd’hui, avant tout, la volonté du pouvoir politique de contrôler parfaitement les radios et télés publiques qui explique ces disparitions, déprogrammations, menaces ou licenciements divers…


Didier Porte avait récemment reçu un avertissement pour sa chronique mettant en scène un Villepin atteint du syndrome de Tourette insultant le président de la république. Malgré le soutien de son collègue Stéphane Bern, celui-ci vient d'être licencié. Il ne s'agissait en fait que d'un prétexte pour justifier une décision déjà prise de faire place nette sur Inter.

Il en va de même pour Stéphane Guillon, dont on sait que les chroniques matinales étaient très peu appréciées, que ce soit à la direction d'Inter ou à l'Elysée...

Deux autres émissions emblématiques de la station, "Esprit critique" et "Et pourtant elle tourne" disparaissent également de la grille des programmes d'Inter, ce qui a alimenté la colère des journalistes qui ont voté une motion contre le directeur de la radio Philippe Val.

Ces décisions récentes s’ajoutent à d’autres un peu plus anciennes comme l’arrêt du « premier pouvoir » d’Elisabeth Lévy sur France Culture, la suppression de "Charivari" sur France inter, la déprogrammation de l’émission de Daniel Mermet, «Là-bas si j’y suis».

La station continue ainsi de remplacer toutes les émissions humoristiques ou d’investigation et de réflexion par d’autres émissions où le bavardage mondain est la règle...



Nous, auditeurs de France Inter, dénonçons le manque de respect dont les patrons de France Inter, Jean-Luc Hees et Philippe Val ont fait preuve à l’égard des auditeurs de la station, en excluant Stéphane Guillon et Didier Porte de la grille de rentrée.

Nous rappelons que France Inter est une radio de service public et qu’à ce titre, il convient de respecter plus que jamais les choix du public.
Les auditeurs étant toujours plus fidèles et nombreux à apprécier la liberté de ton des chroniques matinales de Didier Porte et Stéphane Guillon,

> Nous exigeons la démission des actuels patrons de France Inter,
> Nous demandons le retour des deux humoristes à l’antenne,
> Nous tenons à ce que tout soit mis en œuvre pour assurer la pluralité des prises de parole dans les journaux et les émissions de la station,
> Nous appelons, en attendant, au boycott total de la tranche matinale de France Inter.

Nous montrons ainsi notre attachement à l’indépendance et à la liberté d’expression dans les médias de service public où les espaces de liberté se font de plus en plus rares.


 

POUR LE RETOUR DE L'INDÉPENDANCE ET DE L'IMPERTINENCE DE FRANCE INTER


Photo Flickr-cc : France Inter par fablibre



Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles


2 commentaires:

sauveur a dit…

Rien n'est surprenant venant de Philippe VAL qui avait défendu les caricatures du prophète Mohamed avec tant de virulence ... mais qui avait finalement viré Siné de Charlie Hebdo pour pour avoir fait soi-disant de l’antisémitisme...

Espérons que tous ces charlots collaborationnistes vont disparaître en 2012 à moins que Sarko ne repasse pour le plus grand malheur des Français...

Anonyme a dit…

J'aime l'humour de GUILLON et je vais regretter ses chroniques qui me mettaient en joie pour la journée.

Tous ces gens coincés, incapables de comprendre que le rire est un vrai remède, me font pitié.

Jean-Luc Hees et Philippe Val se ridiculisent, deviennent maussades et pauvres d'esprit.

J'espère que S. Guillon continuera ailleurs...