30 mai 2011

Allo le G20 : ne jouez plus avec notre nourriture !

drapeaux du G20
Drapeaux du G20.
Aujourd'hui, un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit près d’une personne sur sept, et autant souffrent de malnutrition. 

Les petites exploitations produisent encore plus de la moitié de la nourriture mais cette agriculture familiale et paysanne disparaît peu à peu en France, en Europe et dans les pays du Sud. 

Cette situation est le résultat direct des politiques menées au cours des trente dernières années par les principales puissances économiques du monde qui ont démantelé les politiques agricoles nationales et régionales au nom du dogme du «libre échange». Les fausses solutions des pays du G20 n'arrêtent pas la spéculation, la disparition des paysans, la confiscation des ressources naturelles, l'accaparement des terres et la crise alimentaire. 

Un G20 agricole, prévu fin juin, prétend traiter de la volatilité des prix des matières premières. Une occasion de dire haut et fort qu’il existe d’autres propositions alternatives qui passent par un changement radical des politiques agricoles, des échanges mondiaux et des institutions internationales…


Réduire la faim dans le monde et renforcer l’agriculture paysanne et familiale supposent des réformes profondes en matière agricole, remettant radicalement en cause les politiques de libéralisation des marchés, comme celle de l’Union européenne avec la Politique Agricole Commune (PAC). Ces politiques ont provoqué spéculation, dumping social, dégradation de l’environnement et des conditions de vie des paysans et des paysannes au Nord et au Sud.

Ainsi, à l’heure où la France assure la présidence du G20, nous appelons le Président de la République et le Ministre de l’Agriculture à favoriser des politiques, des modes de production et de consommation durables et équitables qui permettent aux Etats d’assurer leur souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation de leur population. Ces politiques doivent :

- Soutenir et protéger l’agriculture paysanne et familiale respectueuse de l’environnement, en Europe et dans les pays du Sud

- Prendre en compte les besoins spécifiques des paysannes, nombreuses dans les pays du Sud

- Rétablir des mécanismes publics de stockage, de stabilisation des prix et de maîtrise de l’offre aux niveaux national et régional, favorisant les exploitations paysannes et familiales et garantissant un revenu stable aux agriculteurs et des prix raisonnables aux consommateurs

- S’attaquer à la spéculation sur les produits agricoles

- Arrêter les accaparements de terre et le soutien massif aux agro carburants

- Renforcer, réformer et démocratiser les Nations unies, afin qu’elles deviennent l’instance principale de décision de ces régulations mondiales, fondées sur la souveraineté alimentaire, la coopération et la solidarité.


Signer la pétition ---> ICI




Contacts :

Peuples Solidaires/ActionAid : g8g20@peuples-solidaires.org

Confédération paysanne : g20agricole@confederationpaysanne.fr




Liste des organisations signataires :

Artisans du Monde, ATTAC, la Confédération paysanne et Peuples Solidaires/ActionAid. Elle est soutenue par : AITEC, Amis de la Terre, Campagne ‘Mondialisons nos Solidarités », CCFD – Terre Solidaire, Comité français pour la solidarité internationale (CFSI), CRID, Eau Vive, Élevages Sans Frontières, Fédération Syndicale Unitaire (FSU), Frères des Hommes, GRET, Ingénieurs Sans Frontières, Marche Mondiale des Femmes France, Oxfam France, Réseau Foi et Justice Afrique Europe, Ritimo, Solidarité, Terre des Hommes France, Union syndicale Solidaires.



Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles


2 commentaires:

PhilVite a dit…

Je pense que les historiens du futur qui se pencheront sur notre époque se demanderont avec perplexité pourquoi l’Occident et notamment l’Europe, aura contribué délibérément par idéologie à ruiner ses peuples en promouvant avec un zèle effréné des pratiques commerciales unilatérales en ouvrant totalement ses frontières à l’importation massive de produits...

zen a dit…

L'utilité du G20 est à peu près la même que celle des commissions qu'on crée pour enterrer un sujet gênant...

Mais Sarkozy s'accroche à sa présidence du G20 comme à un trône ou plutôt un sceptre.

Il va faire le cacou en Libye ou en Chine en pensant que cela lui donne une stature internationale, surtout sur le plan intérieur, plutôt que de traiter les vrais problèmes du monde...