18 juillet 2006

Chasse aux enfants : notre conscience nous interdit d’être complices

Enfant expulsé
Enfant expulsé.
Les critères fixés pour l'expulsion des parents sans papiers d’enfants scolarisés sont si flous que Nicolas Sarkozy n’a pas osé assumer lui-même la responsabilité de leur mise en œuvre et a chargé Arno Klarsfeld de distraire l’attention des médias pendant tout l'été.

Arno Klarsfeld, qui n’a aucun pouvoir sur les préfets ni aucune expérience sérieuse en la matière, a déclaré sur une chaîne de radio qu’il n’y aurait "pas d’expulsions cet été" alors que le ministre de l’intérieur a dit justement le contraire !

Il indiquait également "qu’une grande partie des familles" pourrait se voir appliquer les critères de la circulaire du 13 juin dernier et n’a pu résister enfin au plaisir de faire un bon mot, raillant le père ou la mère d’enfant menacé, qui "fait chat perché vous ne pouvez plus me toucher"...



De la part d’un ancien amuseur radiophonique, on aurait pu espérer un peu plus de respect à l’égard de familles qui vivent une véritable tragédie car il s’agit bien toujours de "traquer" ces enfants, de pratiquer la "sélection" au gré des préfectures et en fonction des réactions de l’opinion.

La Ligue des droits de l’Homme lance un appel pour que tous les enfants soient au rendez-vous de la prochaine rentrée scolaire.

«Quelle conscience humaine peut accepter que des policiers se saisissent d’enfants de 3 et 6 ans dans leur classe pour les enfermer dans un commissariat et les expulser à l’aube avec leur mère parce qu’ils n’ont pas respecté les procédures édictées par les États ? C’est pourtant ce qui vient de se passer au Mans.

Aucune loi, aucune politique ne peuvent conduire à un tel déni d’humanité. Nous avons la nausée devant la multiplication de ces situations ou des enfants, des adolescents sont les premières victimes d’une politique devenue folle.

Ce ne sont pas les valeurs de la France que nous connaissons et que nous aimons qui s’expriment dans cette violence. Nous n’acceptons pas que l’on tente de nous berner en laissant croire que quelques centaines de personnes bénéficieront de mesures de faveurs, selon des critères absurdes, alors que ce sont plusieurs milliers de familles qui sont concernés.

Nous n’acceptons pas que les vacances scolaires deviennent le temps où s’ouvre la chasse à l’enfant.

Nous savons que dans toute société démocratique la loi est la règle qui s’impose à tous.

Mais nous savons aussi que lorsque la loi viole des principes aussi élémentaires, c’est notre devoir de citoyens, notre devoir de conscience de ne pas s’y plier. C’est pourquoi, avec toutes les femmes et tous les hommes du Réseau éducation sans frontières, la Ligue des droits de l’Homme appelle à violer cette loi. Tant que celle-ci ne sera pas changée, nous nous opposerons aux mesures d’expulsion et nous offrirons aide et protection à ces familles.


Premiers signataires : 
Isabelle Adjani, comédienne ; Ariane Ascaride, comédienne ; Gérard Aschieri, secrétaire général FSU ; Lucie Aubrac, ancienne résistante ; Raymond Aubrac, ancien résistant ; Martine Aubry, maire de Lille ; Isabelle Autissier, navigatrice ; Jean-Pierre Bacri, comédien ; Etienne Balibar, universitaire retraité ; Philippe Bataille, sociologue ; Françoise Basch ; Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH ; Francine Bavay, vice-présidente du Conseil régional Ile-de-France ; Guy Bedos ; Martine Billard, députée de Paris ; Jane Birkin, actrice ; Sylvie Blocher, artiste ; Pierre Boulez, chef d’orchestre ; Joëlle Brunerie-Kauffmann ; Marie-Georges Buffet, secrétaire nationale du PCF ; Patrice Chéreau, metteur en scène ; Aïda Chouk, présidente du Syndicat de la Magistrature ; Pierre Conil, président du SAF ; Annick Coupé, déléguée général e de l’Union syndicale solidaires ; Didier Daeninckx, écrivain ; Bertrand Delanoë, maire de Paris ; Jean-Pierre Dubois, président de la LDH ; Olivier Ducastel, réalisateur ; Claire Etcherelli, écrivain ; Geneviève Fraisse, directrice de recherche CNRS ; Jacques Gaillot, évêque de Partenia ; Costa Gavras, cinéaste ; François Gèze, éditeur ; Robert Guediguian, metteur en scène ; Gisèle Halimi, avocate ; Razzye Hammadi, président du MJS ; Adeline Hazan, secrétaire nationale aux droits de l’Homme du PS ; Stéphane Hessel, ambassadeur de France ; François Hollande, premier secrétaire du PS ; Daniel Jacoby, président d’honneur de la FIDH ; Albert Jacquard, professeur honoraire ; Bruno Julliard, président de l’UNEF ; Sidiki Kaba, président de la FIDH ; Georges Kiejman, avocat, ancien ministre ; Jean-Marie Laclavetine, écrivain ; Jean Lacouture, écrivain ; Jack Lang, ancien ministre de l’Education national bsp;; Henri Leclerc, président d’honneur de la LDH ; Noël Mamère, député de Gironde ; Gustave Massiah, président du CRID ; Marie-José Mondzain, directeur de recherche au CNRS ; Michel Morineau, président de la FOL de l’Yonne ; Alain Olive, secrétaire général de l’UNSA ; Paul Otchakovsky-Laurens, éditeur ; Daniel Pennac, écrivain ; Jean Rouaud, écrivain ; Claude Sérillon, journaliste ; Françoise Seligmann, présidente d’honneur de la LDH ; Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT ; Michel Tubiana, président d’honneur de la LDH ; Dominique Voynet, sénatrice de Seine-Saint-Denis
 






2 commentaires:

Audrey a dit…

Isabelle ADJANI (allemande par sa mère, algérienne, kabbyle et turque par son père... et finalement française de la misérable banlieue parisienne, exemple emblématique du métissage), lors de son passage dans l'émission hommage à Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, citait Romain Gary : "la démocratie, c'est le droit de recracher".

Elle qui autrefois soutenait Chirac! Et bien recrachons une bonne fois pour toutes ce Président, son gouvernement, cette politique nauséabonde de rejet.

La France réelle, celle de la tolérance et de l'accueil a intégré de tout temps allemands, turcs, algériens, kabbyles ou non et que sais-je encore!

En tant qu'enseignante, je sens la nécessité impérieuse de mélanger les populations, de décloisonner les communautés... Or c'est tout le contraire que produit la politique actuelle (y compris dans l'Education Nationale...).

Finalement de telles décisions, qui soulèvent l'indignation de tous, sont l'occasion de laisser de côté le "ségolisme" et ses dérives centristes pour une vraie ambition progressiste.

En 2007, la France DOIT changer.

philippe a dit…

Bonjours félicitations pour ton blog que je trouve super.
jte met +5 du jour alors viens faire de même sur mon blog l'adresse c'est
http://philou22.boosterblog.com/
http://philou6210.boosterblog.com/
http://philou2110.boosterblog.com/
http://lukiluki.boosterblog.com/ et
http://www.en2006.com/r.php?i=philou21
http://www.en2006.com/r.php?i=philou22
http://philou221.blogtrafic.com/
http://philou6210.blogtrafic.com
http://philou221.skyblog.com/