23 décembre 2008

Travail dominical : le gouvernement ment comme un arracheur de dent…

Pinocchio
Pinocchio.
Le Premier ministre, François Fillon, espère que la trêve des confiseurs suffira à calmer les esprits échauffés par la réforme du travail dominical. 

Mais malgré le «compromis» trouvé par le chef de l'Etat, il y a encore énormément d'ambiguïtés dans ce texte. C'est une nouvelle usine à gaz et on risque de se retrouver dans des situations encore plus ubuesques qu'aujourd'hui…



Dans une incroyable pétition adressée à ses membres en faveur du travail le dimanche, l'UMP avance une série de «vérités» qui sont autant de mensonges énormes. Ainsi, pour le parti présidentiel :

- Les autorisations d'ouverture le dimanche seront ciblées et concerneront les grandes agglomérations de plus de 1 million d'habitants… alors que la version 6 de la proposition Mallié restreint ces zones aux zones d'usage constaté (art L 3132-25-2), ce qui revient à légaliser des zones de non-droit !

- Les élus locaux auront leur mot à dire : sans le feu vert de la mairie, rien ne changera …alors que si la demande du conseil municipal est requise, c'est de pure forme ! C'est le Préfet qui se charge de tout ! Il peut statuer même si la commune n'a pas fait de demande ! (art L 3132-25-3)

- Le travail le dimanche serait basé sur le volontariat, les salariés étant payés le double…alors que les salariés concernés par la loi seront bien évidemment obligés de venir travailler le dimanche, sous peine de non-embauche ou de non-promotion. Les salariés ne seront payés doubles que dans des cas absolument improbables (art L 3132-25-5, seulement s'il n'y a pas d'accord contraire, ce qui est le cas général aujourd'hui)

- Les petits commerces alimentaires seront mieux protégés… alors que rien n'est prévu dans cette loi pour protéger les petits commerces, déjà en grande difficulté !

Cette proposition de loi est donc bien un début de généralisation et d’obligation du travail le dimanche. Les 10 dimanches ne sont qu'un début : "Lorsque cette loi sera votée, on pourra travailler plus aisément le dimanche. Mais ce n'est qu'une étape, il faudra continuer." dixit Jean-François Copé, chef de file de l'UMP à l'Assemblée nationale...


Pétition


Les signataires, de la présente pétition estiment que le repos dominical, au-delà du temps de repos, juste et nécessaire, est un élément fondamental de la vie familiale, sportive, culturelle, associative, spirituelle. Il permet également de préserver les marchés traditionnels et le commerce de proximité qui seront écrasés par l'ouverture des grandes surfaces le dimanche.
La loi de 1906 a réussi à établir un équilibre juste entre les nécessités légitimes d’ouverture le dimanche (les services de santé, les commerces alimentaires, les marchés, etc.) et l’organisation de la société.

C'est cet équilibre que nous voulons maintenir. Celui de la France qui travaille et qui gagne, mais aussi de la France des bénévoles, des balades en forêts, des rires en famille, des parties de rugby entre copains, des chorales lyriques ou jazzy, du verre de blanc sur le comptoir, de la diversité des couleurs et des senteurs sur les marchés.

Face aux tenants d'un monde transformé en une immense galerie marchande aseptisée, où la culture est en tête de gondole, la nourriture en fast-food, la pensée code barrée, le salarié aux horaires décalés, la caissière sous-payée, la famille explosée, c'est sur une certaine idée de la France au travail que nous nous prononçons !



> Pétition Vive le Dimanche






Lire la suite du blog :

 

2 commentaires:

Artius a dit…

C’est sans doute par ignorance que je me demande en quoi l’ouverture de magasins le dimanche pourrait créer des emplois.

Je dis ça, parce qu’assez naïvement sans doute, j’ai l’impression que pour qu’un magasin emploie du personnel, il faut que la clientèle dépense son argent.

Or, j’ai plutôt l’impression que du fric, la grande majorité du peuple n’en a pas plus à dépenser aussi bien le dimanche que les autres jours de la semaine...

sauveur a dit…

A priori, le seul intérêt "réel" est dans les zones touristiques où les touristes étrangers pourront dépenser un argent qu’ils n’auraient pas dépensé ailleurs...