8 décembre 2012

Hommage à Michel Naudy

Michel Naudy, né le 2 juillet 1952 à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) et mort le 2 décembre 2012 à Ascou (Ariège), est un journaliste français
On n’entendra plus sa voix teintée d’accent de son Ariège natale. On ne verra plus sa moustache indignée de ses accès de fureur contre les adeptes du consensus journalistique mou. 

Salarié par France Télévisions mais placardisé depuis dix-sept ans, Michel Naudy a été retrouvé mort à son domicile d’Ascou...
 


Michel faisait honneur au journalisme d’investigation, au journalisme d’analyses et d’éditos, enfonçant les clous là où ça faisait mal.
 
Sa dernière apparition publique aura été pour dénoncer les « nouveaux chiens de garde  » dans le film éponyme.

Les luttes, il les menait depuis sa jeunesse à l’Union des étudiants communistes. Il les a poursuivies durant sa carrière de journaliste, troquant les assemblées générales pour la plume, comme d’autres avant lui avaient « remplacé la mitraillette de la Résistance par le stylo ».

D’abord à L’Humanité, dont il eut la responsabilité du service politique, fondant parallèlement Politis, puis après 1981 à France 3, où il gravira les échelons pour devenir rédacteur en chef de la rédaction nationale et éditorialiste.

En 1986, il anime l'émission Taxi, un magazine d'information sur FR3, supprimé après la répression des manifestations étudiantes contre le projet Devaquet de Charles Pasqua, au cours desquelles Malik Oussekine fut tué par des « voltigeurs motocyclistes » (unités de 2 policiers sur une moto, un qui conduit, un qui matraque). Michel Naudy a diffusé au cours de la dernière émission de Taxi les images montrant une complicité entre la police et des casseurs, ainsi qu'une troupe de pseudo-civils tous habillés avec blouson et casque de moto, sortant en rang et au pas de la mairie de Paris

Durant toutes ces années, malgré sa grande honnêteté intellectuelle, sa rigueur, quelques-uns en interne et en externe ne lui pardonneront jamais ses engagements de journaliste-citoyen.

Il sera débarqué de son poste, trouvera refuge à France 3 Île-de-France avant qu’une nouvelle fois son magazine « Droit de regard » ne soit censuré, en mai 1995, pour avoir exprimé une critique sur la couverture par France 2 du second tour de l’élection présidentielle. C’en était trop, Michel démissionnait de ses responsabilités.

Depuis, voilà plus de quinze ans, il attendait que la direction de France 3, puis de France Télévisions, honore son contrat de travail.

Il avait postulé à différents postes de moindre responsabilité en commission paritaire. La dernière fois pour occuper le poste vacant de chef du service politique, qu’il devait une nouvelle fois se voir refuser au prétexte, selon un cadre de la rédaction nationale, qu’il « n’y avait pas besoin d’un Bretécher à la rédaction  » !

Les nombreuses interpellations du SNJ-CGT pour que les directions successives lui donnent du travail s’étaient toutes avérées infructueuses. Aujourd’hui, certains devraient avoir honte de se regarder dans une glace…

Adieu Michel, le monde du journalisme est en deuil…


(Extrait du communiqué du SNJ-CGT, Paris, le 3 décembre 2012)


« Il n’y pas d’alternative. Le système jette, rejette, tout ce qu’il ne peut pas récupérer. Vous ne restez jamais à l’antenne impunément, jamais » (Michel Naudy)



Photo Creative Commons par Yahoo Images



Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles

Aucun commentaire: