21 juillet 2009

Les Verts de gauche tirent leur révérence...

Pommes bio
Pommes bio.
Quelques semaines après le succès des listes de Daniel Cohn-Bendit aux élections européennes, la députée Martine Billard a annoncé qu'elle démissionnait des Verts pour se rapprocher du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, critiquant "cette évolution au centre que subissent les Verts avec Europe Ecologie".

En réaffirmant que l’écologie ne peut être compatible avec un système capitaliste ultra-productiviste, Martine Billard fait preuve de cohérence et participera au second congrès de fondation du Parti de gauche en décembre prochain. 


"Je démissionne des Verts", a annoncé la députée de Paris lors d'une conférence de presse commune à l'Assemblée nationale avec Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez, ex-membres de l'aile gauche du PS et co-fondateurs du Parti de Gauche fin 2008. Elle s'exprimait également au nom de Paul Ariès, "objecteur de croissance" et directeur du journal "Le Sarkophage".

Martine Billard est députée depuis juin 2002. Elle était l'une des quatre députés Verts avec Yves Cochet, François de Rugy et Noël Mamère et intervient régulièrement sur les projets de loi sociaux.

"Nous sommes écologistes et de gauche, nous ne nous retrouvons plus dans l’évolution des Verts avec Europe-Ecologie". "On a vu apparaître dans Europe-Ecologie une grande partie de Génération Ecologie, qui est de droite. Nous, on n'est pas de droite, on est de gauche", a affirmé la députée qui a toujours incarné l'aile gauche des Verts où elle a passé 16 ans de sa vie militante.

"Nous appelons les écologistes qui se reconnaissent dans l'antilibéralisme et dans l'antiproductivisme à participer collectivement au congrès de fondation programmatique d'un Parti de gauche écologiste", en décembre prochain avec Jean-Luc Mélenchon.


Appel pour un Parti de Gauche écologiste

Les résultats des élections européennes témoignent de la montée en puissance d’une abstention des jeunes et des milieux populaires qui reflète à la fois le refus de l’Europe libérale, la crise de la représentation et la défiance politique qui touche l’ensemble des partis.

Dans le même temps, chacun peut constater la demande d’écologie exprimée dans le vote pour Europe Ecologie et le refus des régressions sociales et du libéralisme incarné par les scores du Front de Gauche et du NPA.

Dans ces deux domaines, l’urgence nous impose des décisions courageuses. Or le système capitaliste productiviste a sombré dans la démesure en consommant l'équivalent de plusieurs planètes! Les pays les plus pauvres, qui en sont pourtant les moins responsables, sont les premières victimes des catastrophes. Les pays les plus riches doivent donc montrer l’exemple. Faisons comprendre qu'il n’est pas possible d’avoir courir derrière une croissance infinie dans un monde fini. La décroissance de l’empreinte écologique est une absolue nécessité: il revient au politique d’en dessiner les contours.
En France, il y a urgence à faire front au sarkoproductivisme. Pour cela les réponses aux crises écologique, sociale et démocratique nécessitent de s’attaquer au mal à la racine en proposant une rupture franche avec les modes de production et de consommation dominants et de rejeter sans ambiguïté les assauts des démarches marketing d' « écolo-blanchiment » qui, au-delà de l'effet de mode, participent à l'aggravation de la crise écologique. Le « capitalisme vert » ou la croissance verte, derniers avatars de l’économie de marché, n'offrent pas de solutions à la hauteur des enjeux du XXIème siècle.

Il n’y aura donc pas d’alternative crédible tant qu’une nouvelle construction politique ne prendra pas en compte les exigences d’une transformation à la fois sociale et écologiste.

Nous sommes convaincus que le Parti de Gauche peut être l'un des vecteurs de cette convergence. Il doit pour cela tirer les leçons de la nouvelle situation et des limites actuelles de la gauche.

Pour nous, qui avons le souci de la préservation de la planète chevillé au corps tout autant que le désir d’égalité sociale et la lutte contre la société du mépris, le Parti de Gauche doit accomplir un geste symbolique à la hauteur des enjeux historiques en montrant qu’il est la force qui rompt avec l’aveuglement du passé. Cela suppose qu'il revendique explicitement l'identité écologiste, seule façon d’ancrer clairement sa volonté de se positionner tout autant dans les riches traditions de gauche que dans celles de l’écologie politique. L’écologie ne va pas de soi, elle n’est pas une demi mesure et doit compter à part entière dans l’identité – et donc dans le nom-même – de cette force politique nouvelle. Le Parti de Gauche doit franchir ce pas pour construire une dynamique collective de convergences qui dépasse de simples ralliements individuels.

Il a décidé de tenir en fin d’année un congrès refondateur et propose pour cela un comité de co-organisation. Nous prenons nos responsabilités en rassemblant des écologistes antilibéraux et des militants de gauche antiproductivistes pour participer à cette refondation vers un parti de gauche écologiste.



Martine Billard, écologiste, députée de Paris
Paul Ariès, objecteur de croissance, directeur du Sarkophage



4 commentaires:

sauveur a dit…

Les bonnes nouvelles sont si rares en ce moment que j'apprécie celle-ci.

L'écologie politique est de gauche ou n'est pas.

Martine Billard en quittant les verts prend en compte la vacuité médiatique de DCB pour qui l'écologie n'est que la défense de son environnement personnel et non une vision plus large de la société que nous souhaitons.

Anonyme a dit…

Martine Billard n'est pas quelqu'un qui fait de l'écologie depuis que c'est vendeur. C'est une vraie militante, c'est celle qui a le profil pour devenir la Corinne Lepage du Parti de Gauche.

Mais le fait de passer au PdG lui permet aussi certainement d'assurer son siège de députée car vu sa valeur son parti négociera avec le PS...

Car dans leur logique de renouvellement permanent inaugurée aux européennes, où les députés sortants n'ont dans une large majorité pas été reconduits, les Verts auraient bien pu remplacer aux prochaines législatives Martine Billard par une autre Eva Joly...

Denis a dit…

Quand la droite ne fera plus dans le tout commerce et la protection des intérêts des plus riches qui sont en même temps les principaux destructeurs de la planète, alors l'écologie ne sera plus uniquement de gauche.

C'est pas demain la veille...

Jean-François a dit…

Ah ! ça commence à prendre tournure : « Nous, on n'est pas de droite, on est de gauche », a affirmé la députée de Paris ».

Comme quoi, quand on veut, on peut. Il y a d'autres alternatives dans la vie que d'hésiter entre Fabius, Emmanuelli, Delanoë (le mec des velibs) ou l'autre nordiste, fille de... dont le nom m'échappe.