3 juillet 2010

Les scandales s’empilent en monceau autour de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa

Ordures ménagères.
En matière de révélation de scandales, Médiapart, journal d'information numérique, devient un poids lourd, au côté du Canard Enchaîné.   

L’opinion publique a pu prendre ainsi connaissance notamment de l’affaire Karachi avec ses révélations stupéfiantes, la possible évasion fiscale dans plusieurs paradis fiscaux de Liliane Bettencourt, aidée en cela par sa gestionnaire de fortune, la femme d’Eric Woerth, les 12 000 € de cigares, en six mois, de Christian Blanc et tant d’autres indélicatesses du pouvoir…



Quand on récapitule les divers scandales dans tous les domaines, autour du pouvoir et de Nicolas Sarkozy, la liste est impressionnante :

• la nuit du Fouquet’s offerte par Desmarais
• le Paloma (plusieurs centaines de milliers d’euros pour 4 jours) payé par Bolloré
• Air Bolloré pour le voyage en Egypte
• la villa à Wolfeboro offerte par des amis de Prada et Tiffany
• le voyage mexicain dans une villa d’un banquier condamné aux USA pour blanchiment d’argent de la drogue
• 5 Nissan 4X4 mis à disposition gracieuse pour la famille Sarkozy Bruni à Megève quand on licenciait 20 000 personnes
• cocktail à New Tork qui a coûté 200 000 €
• concert payé à Jaunni pour le 14 juillet, l’évadé fiscal et ami du couple présidentiel (1 et quelques millions d’euros)
• le repas de l’UPM à 1 million d’euros et une douche
• le salaire de Boutin (rémunération de 9 500 € par mois pour une mission sur la mondialisation confiée par l'Elysée alors qu'il existe déjà des dizaines de rapports faits par d'éminents économistes, en libre accès sur Internet...)
• les 12 000 euros de cigares de Christian Blanc en un an payé par l’Etat, puis contrôle fiscal avec suspicion de dissimulation
• les repas bi-tri hebdomadaires du chef de l’Etat au Bristol (menu à 200 €) alors qu’il y a un chef payé à l’année à l’Elysée
• les invitations permanentes des élus UMP à des cocktails, repas, déjeuners, petits déjeuners dîners à l’Elysée par centaines d’invités et par dizaines d’invitations
• le budget voyage de l’Elysée explosé
• l’aménagement de Air Sarkozy One plusieurs centaines de millions d’euros
• le fils Bachelot et son poste dans un organisme dépendant du ministère de sa mère
• la fameuse affaire de l’Epad
• le fils Pierre emmené, comme le fils Louis, dans des voyages officiels d’agrément comme le Maroc, le Mexique, l’ONU ou les jeux Olympiques, quand ils n’ont aucune charge de responsabilité politique ni industriel
• la réservation de la suite junior pour Rama Yade (plus de 600 € la nuit) pour son voyage en Afrique du sud
• l’affaire des préfets saqués (pour des sifflets et pour crime de lèse pelouse)
• le coût astronomique des voyages sécurisés du Président de la République, coûts directs et indirects par paralysie des villes
• les sondages et les rémunérations illégales et énormes des conseillers en « sondagistique » Giacometti et Buisson (enquête refusée par le parlement UMP)
• déclaration new yorkaise concernant la culpabilité avant procès, procès qui a relaxé Villepin
• l’affaire Tapie avec 45 millions d’euros d’indemnités
• conseil donnés au Président de la République par un conseiller du ministère de la justice dans l’affaire Clearstream
• Président attaquant en justice alors qu’il est protégé par son immunité ce qui crée une distorsion devant la justice et une inégalité certaine et préjudiciable
• le voyage d’Estrosi en jet privé depuis New York payé par l’Etat (138 000 euros pour ne pas manquer son pot avec Nico !)
• l’appartement de fonction de Fadela Amara illégalement mis à disposition de sa famille
• Pérol nommé à la tête du regroupement des Caisses d’Epargne et des Banques populaires
• Richard nommé à la tête d’Orange, Richard condamné pour fraude fiscale, qui a reversé au trésor public 660 000 € en septembre 2007, alors directeur de cabinet du ministère de l’économie (on croit rêver) dont 5 % pour mauvaise foi
• Michèle Laroque, compagne d’un certain Baroin, ex Chiraquien reconverti, revient d’urgence se fiscaliser en France après une évasion de plusieurs années aux USA dans l’Etat du Nevada le moins fiscalisé,
• rémunération illégale du Président de la République de septembre 2007 au 31 décembre 2007
• les légions d’honneur distribuées comme des petits pains aux amis du pouvoir dont le Belge Frère et le Canadien Desmarais, les amis couturiers de Clara, les copains Clavier et Réno…

sans oublier les trois autres gros morceaux :

1) Tout d’abord l’affaire Clearstream. Instrumentalisation de la justice qui passe étrangement à côté d’une certaine Michèle Alliot Marie, ministre de la défense à l’époque des faits, ministre proche de l’espion Rondot, ministre qui donc savait mais n’a même pas été interrogée, ministre étrangement impliquée dans d’autres affaires comme l’affaire Boulin où elle savait avant même que la justice ne rejette pour une troisième ou quatrième fois la demande de révision du procès, les courriers et enveloppes ayant judicieusement disparu en mars 2010. Etrange affaire Clearstream où le principal accusé et accusateur Imad Lahoud avait rencontré de très nombreuses fois un certain Pérol, très proche collaborateur de Nicolas Sarkozy, dont la femme était amie d’une certaine Madame Woerth et avait travaillé avec ce même Woerth dans son cabinet.

On le voit ce très cher Woerth se retrouve partout. Il est évident que dans une démocratie qui se respecte le ministre du budget ne peut en même temps être le trésorier du parti au pouvoir mais cela est possible en Sarkoland.

2- De ce lourd scandale de Clearstream il faut se souvenir que cela a un lien avec le Luxembourg et au départ avec l’affaire des frégate de Taïwan, Luxembourg qui par sa police a fait savoir qu’elle soupçonnait Nicolas Sarkozy d’être clairement impliqué dans la création de la société Heine qui a reçu les commissions des ventes des sous-marins à Karachi mais également aussi semble-t-il des ventes à l’Arabie saoudite. Cette société a été crée avec l’aval obligatoire du ministère du budget dont Nicolas Sarkozy était le ministre. Mais il n’y a pas que la police qui sait. Il y a aussi un certain Boivin, dirigeant de cette société qui a continué ses activités malgré l’interdiction de toucher des commissions de vente d’arme. Ce même Boivin, selon le Nouvel Obs aurait touché les 8 millions d’euros qu’il réclamait. Il avait envoyé des lettres qui ressemblaient fort à un chantage déguisé à différentes personnalités dont Chirac et Sarkozy.

Il aurait déposé dans une banque des documents, une sorte d’assurance vie, qui prouveraient les implications des politiques dans les rétrocommissions en particulier le même montant que l’argent déposé en liquide sur les comptes de campagne d’un certain Edouard Balladur avec pour proche collaborateur un certain Nicolas Sarkozy.

3- Après le scandale de Clearstream où la justice a été instrumentalisée avec la bonne volonté du procureur Marin, peut-être pour cacher l’autre immense scandale, celui de Karachi, voici un troisième scandale, celui révélé par Médiapart : Stupéfiant rebondissement dans l’affaire Liliane Bettencourt. La fille unique de la milliardaire, convaincue que sa mère est dépouillée de ses biens, a transmis à la police judiciaire des enregistrements pirates de conversations entre l’héritière de L’Oréal et ses principaux conseillers. Ces documents audio, dont Mediapart a pris connaissance, révèlent diverses opérations financières destinées à échapper au fisc, des relations avec le ministre Eric Woerth et son épouse, ainsi que les immixtions de l’Elysée dans la procédure judiciaire. Il faut savoir que la fille accuse la mère ou plutôt accuse un photographe d’avoir dépouillé la mère de près d’un milliard d’euros. Or Madame Woerth est la gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. Il y a là peut-être danger pour elle. Sans compter que dans un article du Post on liste le nombre inimaginable de sociétés dans des paradis fiscaux appartenant à cette même fortunée dame conseillée pour ce faire par la femme de l’ex-ministre du budget, responsable de la lutte contre la fraude fiscale. En conclusion, on retrouve souvent les mêmes : MAM, Pérol, Woerth, Morin et bien évidemment Nicolas Sarkozy.

Dans n’importe quel pays démocratique au monde, cette invraisemblable accumulation de petits et grands scandales aurait déclenché une explosion du pouvoir et il y a longtemps qu'un tel président serait sur la touche, notamment après avoir annoncé, en janvier 2009, que les enquêtes judiciaires seront désormais toutes dirigées par le Parquet, soumis au pouvoir politique !

Mais, au-delà de l’indécence de Nicolas Sarkozy et de son mépris de la démocratie, on a encore trop tendance à oublier que les institutions de la 5ème République, voulues par la droite et le Général de Gaulle et maintenues par la gauche et François Mitterrand sont largement responsables de cette dérive monarchique…
 

Plus d'infos sur :
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-effarante-accumulation-de-76929


 



Photo Flickr-cc par cudmore


Lire toutes les infos du blog : 
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles

3 commentaires:

gabriel a dit…

Avec tous ces mensonges, ces affaires, ces copinages, l’appauvrissement général de la population dû à sa politique favorisant ses amis, comment des familles gagnant moins de 3500 € par mois (soit 95% des personnes) puissent encore croire en cet homme et en son parti de godillot ?

Cela reste pour moi un grand mystère !

Albert a dit…

C'est en effet une grand mystère mais qui s'explique en partie par le fait que la gauche au pouvoir a fortement déçue par le passé en faisant une politique libérale.

Espérons qu'en 2012, les électeurs se souviendront de toutes ces affaires indécentes et que la gauche aura un autre candidat que DSK au deuxième tour...

krokodilo a dit…

Belle liste !

Je crois qu’on peut y rajouter le haut fonctionnaire qui a sous-loué son appartement de fonction pendant des années : rien remboursé à ma connaissance... La caisse noire de l’UIMM, enquête enterrée ?

Et dans le Canard aussi, le ministre Joyandet pris en flagrant délit de fraude au permis de construire : une masure de la côte d’Azur, dans un site protégé, autorisée à devenir une superbe demeure de 280m2 de SH sur la base d’une descriptif clairement mensonger (un étage inexistant, une surface de départ bidonnée).

Une démission et des poursuites judiciaires, une annulation du permis, des excuses du maire local, des services complices et de l’intéressé me sembleraient le minimum exigibles dans une démocratie normale.

Mais la France est en voie de Berlusconisation avancée, mépris des citoyens, mépris de la justice, contrôle des magistrats et des médias, absence de morale au plus haut, c’est le pourrissement par la tête.

Le cynisme et les passe-droits ont toujours fait partie du pouvoir, mais on atteint aujourd'hui un niveau critique...

Comment les citoyens pourraient-ils rester honnêtes quand leurs dirigeants font assaut d’hypocrisie et de non-respect de nos propres lois ?