11 août 2010

Il faut sauver la forêt tropicale de Madagascar


forêt tropicale malgache d’Atsininana
Forêt humide d'Atsinanana.
La forêt tropicale malgache d’Atsininana, classée patrimoine environnemental de l’Unesco depuis 2007, est aujourd’hui en danger. C'est un ensemble de six aires protégées, disséminées dans l’Est de la Grande Ile (Atsinanana veut dire « Est » en malgache).

Marojejy et Masoala, les plus au Nord, sont particulièrement menacées par le trafic de bois de rose organisé par des compagnies étrangères sans compter le braconnage de plusieurs espèces de lémuriens menacés d’extinction. C'est pourquoi, il est particulièrement important d'intervenir d'urgence auprès des autorités...



Monsieur l'Ambassadeur de Madagascar,


L’île dont vous êtes originaire et que vous représentez abrite un écosystème d’une richesse et d’une variété exceptionnelle. Ce trésor est aujourd’hui menacé par les exploitants de bois de rose et de bois. Les protecteurs de cet environnement sont tous les jours exposés à des menaces de mort. Rappelons qu’il faut 400 ans à un pied de bois de rose pour grandir et qu’une forêt détruite a besoin d’au moins un siècle pour retrouver un semblant d’équilibre et avoir une chance de retrouver son aspect d’origine. Une restauration totale est impossible. La déforestation est une des causes majeures du Réchauffement Climatique global ! La pauvreté est généralisée et empire chaque jour qui passe à Madagascar! On oublie l’environnement ! Mais il vous appartient comme à nous tous de ne passe voiler la face quand aux conséquences dramatiques et irréparables qu’entraînerait un abandon de ces questions ! Vous devez contribuer à sauvez les forêts tropicales à Madagascar.

L’exploitation illicite et à outrance du bois de rose détruit l’environnement dans les parcs nationaux pourtant déclarés réserve de biosphère par l'UNESCO en 2003. De plus elle ne profite qu’à une minorité. Il est maintenant l'heure de mettre fin au pillage. Ce sont de gros bonnets et des trafiquants armés qui tirent illégalement d’énormes profits de la filière du bois de rose. Certaines autorités locales persistent à dire qu’il faut carrément arrêter le commerce de ce bois. Un commerce qui détruit l’environnement. Les rangers non armés des parcs nationaux de Makila et de Masoala sont régulièrement menacés, intimidés et attaqués, ils sont consternés d’assister au pillage des zones protégées au vu et au su de tout le monde.

L'essence la plus recherchée est le Palissandre ou Bois de Rose (Dalbergia greveana) dont l'interdiction à l'exportation a été prononcée en janvier dernier.
Avec ses 60 050 hectares, le parc national de Marojejy abrite des forêts de basse altitude et de montagne. Ses reliefs escarpés offrent un grand intérêt sur le plan biologique et écologique. Ces différentes formations végétales qui couvrent le parc de Masoala constituent un abri parfait pour les nombreuses espèces animales présentes dans cette presqu’île. Ce parc héberge entre autres une espèce unique de lémuriens qui n’existe nulle part ailleurs, à savoir le Vari roux reconnaissable par son pelage étincelant. Cette espèce tout comme l’aye-aye et deux autres espèces sont classées comme hautement menacées de disparition par l’UICN pour la conservation internationale parmi de nombreuses autres espèces d'animaux en voie d’extinction.

Ce parc est aussi un immense réservoir génétique pour certaines espèces végétales rares, précieuses et endémiques. C’est donc une catastrophe écologique sans précédent qui s’amorce à Madagascar, dont les effets seraient dramatiques et irréparables si ce processus n’était pas interrompu rapidement.

Le recul de la biodiversité est un désormais enjeu mondial qui de plus est à l’honneur cette année avec une grande visibilité médiatique. Nous comptons sur vos compétences pour intervenir afin d’arrêter ces pillages de richesses naturelles qui constituent le patrimoine national de Madagascar, et qui sont également classées au patrimoine mondial.

Je vous prie de croire, Monsieur l'Ambassadeur, à l'expression de ma haute considération.

Albert Ricchi
Avignon, France



 

Vous pouvez vous aussi intervenir par tout moyen à votre convenance (Email, courrier, téléphone) :
Ambassade de Madagascar en France
4 avenue Raphaël
75016 Paris
Tel : 01 45 04 62 11
Fax : 01 45 03 58 70



Voici les coordonnées de L'Ambassadeur de Madagascar auprès de l'Union
Européenne E-mail: info@madagascar-embassy.eu
Avenue de Tervuren 276 • Belgique - 1150 Bruxelles
Contact détails : Tél: 0032 (0) 2 770 17 26 / Fax: 0032 (0) 2 772 37 31


Lire toutes les infos du blog :      
> Les 25 derniers articles          
> Tous les articles  

 

3 commentaires:

sauveur a dit…

Il faut arrêter l'exploitation que ce soit illicite ou non des bois de rose dans le parc Masoala et dans la région du nord-Est car cela est vraiment dangereux pour l'avenir de ce pays et de la planète toute entière !

Pourquoi un tel acte de barbarisme ?

Quelle bêtise! cette richesse unique au monde est ravagée par des individus au service de diverses mafias et de la Chine en particulier...

Anonyme a dit…

Ne pas voir que ce pillage est une perte sèche pour le pays, c’est comme ne pas comprendre celui qui vous montre la Lune pendant que vous regardez son doigt.

Les dirigeants de Madagascar ont surtout une (courte) vue sur leur compte en banque...le bois de rose...

Noue a dit…

À l’heure actuelle on ne sait pas où le bois de rose est dirigé, mais la plupart des acheteurs sur le manifeste sont basés en Chine.

Parmi ces entreprises : China Tushu Shanghai Pudong Import & Export Corporation, Shanghai Tan Tan Trade Co Ltd, Dalian Rising International Trading Co, High Hope International Group Jiang Knit Wear & Home Textiles Import & Export Corporation Ltd, Shanghai Tan Tan Trade Co Ltd, Jiangsu Bosheng International Freight & Forwarding Co Ltd, China Meheco Traditional Medecines and Health Products Import and Export Corp., and Shanghai Tan Tan Trade Co Ltd.

Les vendeurs sont des commerçants de Madagascar, dont Arland Ramialison avec 13 conteneurs pesant 209 tonnes métriques, Jean-Pierre Laisoa avec 10 conteneurs pesant 610 tonnes, Jean-Michel Malohely avec 10 conteneurs pesant 153 tonnes ; Ets Ranjanoro avec 10 conteneurs 170 tonnes ; et la Société Thunam, une société qui fournit Theodor Nagel, une société forestière allemande basée à Hambourg, entre autres, avec 29 conteneurs pesant 516 tonnes.

Lire la suite sur : http://news.mongabay.com/2010/0610-...