10 janvier 2016

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : François Hollande doit tenir ses engagements et suspendre le projet !

L'implantation de l'aéroport du Grand Ouest au sud du bourg de Notre-Dame-des-Landes est envisagée depuis le milieu des années 1960Près de 15 000 manifestants, 1 000 cyclistes et 300 tracteurs ont défilé samedi dernier sur le périphérique nantais pour s’opposer au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et prévenir toute expulsion d'agriculteurs du site du projet, dans le département de Loire-Atlantique.

Situé à 30 km de l’agglomération nantaise, ce projet d'aéroport reste une aberration économique, sociale et environnementale que le gouvernement s’obstine à soutenir… 
 



Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci concessionnaire du projet d'aéroport, entend réclamer au tribunal de grande instance de Nantes l'expulsion de paysans installés sur la "zone d'aménagement différé" (ZAD).
Cette audience devait se tenir entre les deux tours des dernières élections régionales mais a été ajournée après la conclusion d'un accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts sur la réalisation d'une "étude indépendante" concernant l'optimisation de l'actuel aéroport de Nantes. La défaite du vice-président sortant Christophe Clergeau (PS), battu par Bruno Retailleau (Les Républicains), a rendu caduc cet accord.
Les opposants au projet réclament donc aujourd'hui au chef de l'Etat, François Hollande, une table ronde et la réalisation de cette même "étude indépendante".
La demande d'expulsion des paysans fait suite au rejet, en juillet 2015, des recours environnementaux des opposants au projet. Mais une expulsion serait contraire aux engagements du gouvernement, qui a subordonné en 2014 la construction de l'aéroport à l'extinction de tous les recours en justice, y compris ceux en appel et les pourvois en cassation.

Un projet inutile et  coûteux

Ce projet d'aéroport infligerait des nuisances graves à plus de 80.000 habitants de la banlieue nord de Nantes. Les diverses structures de raccordement nécessaires (routes, voies ferrées, pont sur la Loire) causeraient également des nuisances à des milliers d'autres personnes, sans compter les problèmes graves liés aux expropriations nécessaires.
Alors que l’actuel aéroport de Nantes Métropole voit son trafic stagner depuis de nombreuses années, la construction d'un nouvel aéroport ne se justifie pas. Les promoteurs de ce projet espèrent voir le trafic aérien doubler mais comme d'habitude, les hypothèses de trafic sont surévaluées et servent à justifier un projet inutile. Ce projet est d'autant plus inacceptable qu'il y a déjà un aéroport à Nantes, un à Rennes, un à Angers et un à Saint-Nazaire !
De plus, alors que les partenariats publics/privés se soldent systématiquement dans tous les pays du monde par une privatisation des bénéfices et une nationalisation des pertes, ce projet va nécessiter l'engagement de l'État, à hauteur de plus de 250 millions d'euros. Un coût colossal pour cette infrastructure qui pèserait lourdement sur les impôts des habitants du département.
Avec le dérèglement climatique qui est désormais incontestable, la destruction des écosystèmes qui s’accélère, l’artificialisation des terres agricoles qui se poursuit, il est déraisonnable d’investir autant d’argent public pour aider une multinationale à saccager l’environnement.
Le trafic aérien représente entre 3 et 5% des émissions globales de gaz à effet de serre et chaque infrastructure supplémentaire crée donc un appel d'air, incitant les usagers à utiliser l'avion plutôt que d'autres modes de transport plus écologique.

Des espèces animales rares et menacées

Le projet menace 1600 hectares de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle. Le secteur où doit être transféré l'aéroport est un bocage humide, avec des haies sur talus,  d'une grande rareté en France. Pendant 40 ans, du fait du projet d'aéroport, il a échappé à l'agriculture intensive, aux remembrements et aux engrais.
Des rivières y ont leurs sources. On y trouve des espèces  animales rares et menacées mais toutes ne figurent pas dans les inventaires du dossier environnemental de l'aéroport. C’est le cas notamment du triton de Blasius, découvert par Arthur de l'Isle du Dréneuf, près de Nantes en 1858, de la musaraigne aquatique, très rare, ou encore  de la loutre qui est pourtant protégée au niveau européen.
Pour les insectes, des naturalistes ont compté 600 espèces, alors que seulement 71 figurent dans les dossiers officiels. Un nombre conséquent de plantes n’y est pas non plus.

Ce constat s'appuie sur les travaux de  200 spécialistes, tous bénévoles, qui se sont mobilisés depuis plusieurs années et ont entrepris un inventaire le plus exhaustif possible du bocage de Notre-Dame-des-Landes.

Aujourd'hui, à l’heure d’une très grande perte de biodiversité et des menaces climatiques induites par une consommation effrénée de ressources énergétiques, la véritable urgence est de s’engager dans des programmes d’efficacité et de sobriété énergétique. 

Mais après l’épisode du barrage de Sivens et la mort de Rémi Fraisse, le feu vert donné au projet de liaison TGV Lyon-Turin, le vote des socialistes au Parlement européen en faveur du chalutage profond ou la toute récente autorisation gouvernementale donnée pour le rejet de produits chimiques en plein cœur du Parc National des Calanques, François Hollande semble bien faire peu de cas de l'environnement et ce malgré les engagements pris lors de la COP 21...  

 
Photo Creative commons par Yahoo Images



Lire toutes les infos du blog :  
> Les 25 derniers articles  
> Tous les articles


 

4 commentaires:

M de Sourcessure a dit…

François Hollande ne peut pas tenir tous ses engagements, puisque les uns sont le contraire des autres.

devphil30 a dit…

Moi président , je ferais le contraire de mes promesses que vous seuls pouvez croire...

La finance est mon ami , le cumul des mandats est une manne financière , la probité est une promesse électorale etc ......

Nicole CHEVERNEY a dit…

Expulsions de plusieurs familles de paysans « historiques » de NDDL ! Sans respecter la trêve hivernale des expulsions, avec saisie des terres et des cheptels ! Et des astreintes de plusieurs milliers d’euros par jour de retard. Au final, des familles spoliées ignominieusement, dépossédées de tous leurs biens, de leur patrimoine et réduites à la misère. Avec la construction de l’aéroport, des hectares de zones humides mises à mal par un bétonnage offensif, si d’aventure ce projet voyait le jour !

Derrière ce projet inutile et vorace, VINCI une multinationale qui pousse le gouvernement à agir vite, pour commencer les travaux dès février 2016. Comment, dans ce cas le gouvernement tiendrait ses promesses, puisque VINCI, le maître, a parlé. Plus qu’à se soumettre urgemment devant le rouleau compresseur du lanceur d’ordre !

J’espère que les opposants à ce projet ne plieront jamais devant le chantage et l’aberration.

TSS a dit…

Le Drian ,l’empafé qui à l’époque de l’Amoco cadix avait proféré

« les ecologistes je les emmerde ! » l’homme chéri de toute la Bretagne qui la tue à petit feu et la transforme en poubelle... !