Affichage des articles dont le libellé est gaz. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est gaz. Afficher tous les articles

2 avril 2016

Gazoduc Eridan : une menace pour la population de la vallée du Rhône !

                Un gazoduc est une canalisation destinée au transport de matières gazeuses sous pression  
Entériné par le Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, le projet de canalisation de transport de gaz naturel, appelé « Eridan » doit relier les départements des Bouches-du-Rhône à la Drôme et servir à développer les capacités de transport de gaz naturel dans le Sud-Est du pays.

Mais ce gazoduc représente un véritable danger pour les habitants de la vallée du Rhône, région déjà soumise à de multiples pressions : LGV, autoroutes, centrales nucléaires, sites industriels... 


12 juillet 2014

Patagonie argentine : un paradis pour Total et l’exploitation des gaz de schiste


Montagnes de Patagonie, Argentine
Alors qu’en France,  une loi votée à l’été 2011, interdit l’usage de la fracturation hydraulique, qui consiste à injecter dans le sous-sol de grosses quantités d’eau sous pression, surchargée de dizaines, voire de centaines de produits chimiques toxiques, l’exploitation de ces ressources fossiles non conventionnelles s’accélère dans le reste du monde, notamment en Argentine. 

Ce pays est en effet devenu le nouvel eldorado des multinationales pétrolières, à commencer par Total qui détient déjà de nombreux permis, jusque dans une aire naturelle protégée…

28 août 2013

Syrie : le miroir irako-afghan


Carte de la Syrie
Les grandes manœuvres des armées américaines ne laissent guère de doute sur une prochaine intervention dans la guerre civile en Syrie. 

Pourtant, la sécurité des principaux pays occidentaux, celle de la France en particulier, n'est nullement menacée et la précipitation de François Hollande à vouloir engager nos forces militaires est largement incompréhensible…


La décision d'intervenir en Syrie semble en fait avoir été prise depuis plusieurs mois par les Etats-Unis et les médias occidentaux jouent malheureusement comme en 2003 un rôle d'accompagnement.

Les Américains se donnent aujourd'hui encore moins de mal que Colin Powell et sa fiole d'anthrax à l'ONU en 2003... C'est dire le brouillard qui entoure ces prétendues preuves d'usage d'armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad. 

Quant au jeu de rôle entre Américains et Anglais, il a été minutieusement établi. Les Américains mènent les préparatifs militaires les plus importants tandis que le Royaume-Uni occupe le terrain diplomatique en proposant une nouvelle résolution à l’ONU dont on sait par avance qu'elle sera rejetée.

Et que fait la France ? Elle court derrière les États-Unis sans analyser de manière indépendante et raisonnée la situation. Avec les éléments connus à l'heure actuelle, la participation des forces françaises, aux côtés des Etats-Unis, apparaît totalement illégitime.

Pourquoi vouloir porter au pouvoir en Syrie les mêmes forces qui ont été combattues au Mali ? Est-ce un renvoi d'ascenseur à certaines pétromonarchies du Golfe favorables à une intervention en Syrie ? Comment espère-t-on pacifier la Syrie alors que les Américains n'ont même pas réussi à le faire en Irak ou en Afghanistan avec des centaines de milliers d'hommes ?

Et si l’attaque médiatique à l’encontre de la Syrie était directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie et au fait que les rebelles, armés depuis des mois par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, n’arrivent pas à prendre le dessus sur Bachar el-Assad ? 

Le gaz naturel syrien


Quand Israël a entrepris l’extraction de pétrole et de gaz offshore à partir de 2009, il était déjà clair que le bassin Méditerranéen allait devenir un enjeu très important et que soit la Syrie serait attaquée, soit toute la région pourrait bénéficier de la paix, puisque le 21ème siècle est supposé être celui de l’énergie propre.

Selon le Washington Institute for Near East Policy (WINEP), le think tank de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee, un lobby pro-israélien américain dont le but est de maintenir intacte l'alliance stratégique qui lie, depuis 1948, l'État hébreu aux Etats-Unis), le bassin méditerranéen renferme les plus grandes réserves de gaz et c’est en Syrie qu’il y aurait les plus importantes…

Ce même institut a aussi émis l’hypothèse que la bataille entre la Turquie et Chypre allait s’intensifier du fait de l’incapacité Turque à assumer la perte du projet Nabucco (le projet de gazoduc Nabucco-ouest devait relier la Turquie à l'Autriche, en passant par la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie).

La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de l’énormité de l’enjeu. Qui contrôle la Syrie pourrait contrôler le Proche-Orient. Et à partir de la Syrie, la porte de l’Asie ainsi que celle de la Chine, via la Route de la soie. Ce pays ou cette coalition de pays serait alors en capacité de dominer le monde, car ce siècle est le siècle du gaz.

C’est pour cette raison que les signataires de l’accord de Damas, permettant au gaz iranien de passer à travers l’Irak et d’accéder à la Méditerranée via la Syrie, ouvrant ainsi un nouvel espace géopolitique, avaient déclaré « La Syrie est la clé de la nouvelle ère ».

À un moment où la zone euro menace de s’effondrer, où une crise économique aiguë a conduit les États-Unis à s’endetter à hauteur de 14 940 milliards de dollars, et où leur influence s’amenuise face aux puissances émergentes du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), il devient clair que la clé de la réussite économique et de la domination politique réside principalement dans le contrôle de l’énergie du XXIe siècle : le gaz. 

Et c’est parce qu’elle se trouve au cœur de la plus colossale réserve de gaz naturel de la planète que la Syrie est prise pour cible…



Photo Creative Commons par Yahoo Images


 

6 février 2011

Gaz de schiste : Sarkozy veut copier l’Amérique…


Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines
Sans aucune information, ni consultation, le gouvernement de Nicolas Sarkozy vient d'offrir en pâture 1% du territoire français aux appétits des gaziers et pétroliers.

En prenant une ordonnance sur le Code Minier le 19 janvier dernier et en accordant des permis de recherche exclusifs à des fins d'exploitation de gaz non conventionnel, dits "gaz de schiste", l'État a livré aux multinationales Total, EGL (European Gas Limited), Hess/Toreador, Schuepbach Energy et GDF Suez, des hectares entiers de terres dans le Bassin Parisien, en Rhône Alpes, PACA, Nord Pas de Calais, Lorraine et Franche Comté…

26 novembre 2009

Sommet de Copenhague sur le climat : ni effet de serre, ni nucléaire !

Un iceberg est un bloc de glace d'eau douce
Le changement climatique et ses conséquences sont aujourd’hui incontestables. En décembre prochain, au sommet de Copenhague, les dirigeants du monde entier devront parvenir à un nouvel accord sur le climat visant une diminution de 40% des gaz à effet de serre d’ici 2020 et de 85% en 2050, par rapport à 1990.

C’est en effet ce qui serait nécessaire pour éviter la catastrophe climatique selon les travaux des chercheurs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)…

15 septembre 2009

Contribution climat-énergie : une bonne blague de l'UMP...


Le ciel pollué
Un impôt de plus sur la consommation, voilà la grande innovation de la commission d’experts présidée par Michel Rocard et que Nicolas Sarkozy tient à appeler " contribution énergie-climat ". 

Dans un pays qui bat des records en matière de fiscalité indirecte (81% des recettes fiscales de l’Etat contre 19% seulement pour l’impôt sur le revenu), il est complètement irresponsable de laisser «filer» encore un peu plus les impôts indirects en créant une nouvelle taxe.

Michel Rocard (à qui l’on doit déjà l’introduction en France de la «titrisation des créances», au cœur de la crise des «subprimes»), l’UMP et d’une certaine façon les Verts et le PS, accompagnent de fait cette grave dérive fiscale…