25 août 2015

La France doit ressortir de l’OTAN !

Expansion de l'OTAN en Europe
OTAN en Europe.
La réintégration de la France dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord par Nicolas Sarkozy en mars 2009 a mis fin à un choix stratégique décidé en 1966 par le Général De Gaulle et maintenu jusqu’en 2009 par tous les présidents de la République. 

Depuis 2012, François Hollande, fidèle à la stratégie pro-états-unienne de la social-démocratie européenne, a confirmé le choix de l'ancien président de la République.
 
Aujourd’hui, un appel pluraliste a été lancé pour la dénonciation par la France de l’OTAN et le retrait de ses armées du commandement intégré...

 
 
Lorsque le président Nicolas Sarkozy a décidé le retour de la France dans le commandement milliaire intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord, les Etats-Unis se sont déclarés naturellement « ravis » de ce retour. Cette réintégration marquait une rupture avec la politique traditionnelle de la France et était l’aboutissement d’un infléchissement de la stratégie commencé il y a plusieurs années et ayant amené Paris à participer à des opérations de l’Alliance atlantique hors du mandat des Nations unies, comme au Kosovo, ou à se raccrocher à la stratégie américaine, comme en Afghanistan.
 
En mai dernier à l’Assemblée nationale, lors du colloque intitulé « La France peut-elle retrouver une diplomatie indépendante ? », un ancien ambassadeur de France et ancien secrétaire général du Quai d’Orsay a déclaré que l’OTAN n’aurait pas dû survivre à la disparition de l’URSS et à la dissolution du Pacte de Varsovie. Les initiateurs, de sensibilités républicaines et patriotiques diverses, ayant dans le passé, approuvé ou non l’existence de l’OTAN, affirment unanimement que cette organisation n’a plus de raison d’être. 
 
L’OTAN s’est élargie en intégrant, contrairement aux engagements pris envers Gorbatchev, nombre de pays anciennement socialistes, avançant ainsi méthodiquement dans un processus d’encerclement de la Russie en multipliant les bases militaires étasuniennes dans ces pays. 

Cette politique ouvertement agressive s’est accompagnée de l’installation d’un bouclier de missiles anti-missiles à proximité de la Russie éventuellement destiné à permettre une première frappe nucléaire sur ce pays, en stérilisant ou en limitant de façon drastique ses possibilités de réplique. 

C’est dans ce contexte géopolitique que l’Ukraine a vécu la « révolution orange », téléguidée par les États-Unis et soutenue par l’Union européenne, qui a permis la mise en place par la force d’un gouvernement avec la participation de néonazis notoires. Il est temps que la France se dissocie de cette politique provocatrice qui risque de déboucher sur une troisième guerre mondiale. 
Organisation politique et militaire, l’OTAN est tout à la fois l’instrument diplomatique et le bras armé qu’utilisent les États-Unis avec la complicité des États vassaux au premier rang desquels se trouvent la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. 
Le gouvernement américain, fort d’une doctrine militaire incluant la guerre préventive, doté de plus de 700 bases militaires réparties sur l'ensemble du globe, et décidé à combattre la menace terroriste sans la volonté d’en rechercher les causes, conduit l’OTAN et donc la France à participer, dans un chaos organisé, à une guerre permanente au mépris de nos intérêts et de notre propre sécurité. De la Yougoslavie à l’Irak, de la Syrie à la Libye, la France use son potentiel militaire et son crédit diplomatique et oublie les valeurs de son peuple, au profit d’une politique définie à Washington. 
En réalité, les États-Unis mènent avec l’OTAN une politique d’agression et de guerre généralisée qui ne saurait demeurer plus longtemps celle de notre Nation. Il est grand temps que la France recouvre la souveraineté de ses décisions et la liberté de choisir ses partenaires en conformité avec sa philosophie et les intérêts du peuple français. 
Il est tout à fait possible que la France renonce à son appartenance au traité de l’Atlantique nord et retire ses armées du commandement intégré. La France en redevenant libre devra exiger la dissolution de l’OTAN qui n’a plus de raison d’être.
 
 
Cette proposition de résolution visant à sortir la France de l’OTAN a été enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 7 juillet 2015. Elle est présentée par Messieurs Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO et Gaby CHARROU.
 
 
 

Lire la suite du blog :
 
 

2 août 2015

La voie de la sagesse en Grèce, c’est celle de la sortie de l’euro

Costas Lapavitsas
Costas Lapavitsas.
Alexis Tsipras a-t-il trompé le peuple grec ? Pourquoi a-t-il fait un référendum qui n’a servi finalement à rien ? Est-il cohérent de dire que l'accord cadre, signé par lui-même le 13 juillet dernier à Bruxelles, est mauvais et n’aura aucun  effet ?

En fait, Alexis Tsipras a cru naïvement qu’il était possible de changer l’Europe de l’intérieur en s’appuyant sur le résultat du référendum pour faire pression sur la communauté européenne et l'Eurogroupe. Mais cette stratégie est largement crédule car elle ne prend pas en compte le poids écrasant des institutions européennes ou la règle de l’unanimité pour modifier tel ou tel traité. La volonté et la combativité ne suffissent pas dès lors que l’on est devant un mur infranchissable.

19 juillet 2015

Prélèvement de l'impôt à la source : une opération leurre qui masque l'absence de vraie réforme fiscale...

Impôt sur le revenu
 
Le président de la République a pris la décision « irréversible » de mettre en place la retenue à la source pour le paiement de l’impôt sur le revenu.

Il met ainsi la charrue avant les bœufs car l’urgence, c’est d’abord et avant tout la mise en œuvre d’une vraie réforme fiscale  réhabilitant l’impôt progressif qui est l’impôt le plus juste…



30 juin 2015

Référendum en Grèce : la vraie question à poser est celle de la sortie de l’euro…

Drapeau grec
Drapeau grec.
L’Assemblée nationale grecque a voté, dans la nuit de samedi à dimanche 28 juin, le principe de la tenue d’un référendum le 5 juillet prochain. 

Elle a repris la proposition du Premier ministre Alexis Tsipras demandant au peuple grec de se prononcer sur les dernières propositions de l’Union Européenne et du Fonds Monétaire International afin de mettre fin aux tergiversations de ces derniers mois. Mais ce sera avant tout la teneur de la question posée qui sera déterminante…

26 juin 2015

Non au grand canal interocéanique du Nicaragua !

Le projet de grand canal du Nicaragua doit permettre aux cargos et pétroliers géants de traverser l’Amérique centrale et faciliter le transit des marchandises vers la Chine. 

Mais ce projet pharaonique serait un désastre pour l’homme et la nature, se traduisant par des déplacements massifs de population, une déforestation tropicale énorme et une contamination criminelle du Lac Cocibolca...