1 juin 2010

Sans DSK à la tête du FMI, la crise grecque ne serait pas pire...

DSK
DSK.
Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international pour 500 000 dollars nets par an, s’était engagé initialement, selon ses collaborateurs, à «modifier la philosophie du FMI pour y insuffler un esprit plus keysianniste». 

Aujourd’hui, force est de constater que le plan grec est dans la lignée des précédents plans internationaux du FMI. Et l’on aurait du mal à considérer qu’il vire à gauche, comme le rappelle James Galbraith, économiste à l’université du Texas : DSK a tenté un virage, «mais quand on regarde le contenu des conditions de prêts à la Grèce, cela reste finalement très orthodoxe»…


Le FMI a vu le jour en juillet 1944, lors d’une conférence des Nations Unies qui s'est tenue à Bretton Woods (New Hampshire, États–Unis). Les 45 gouvernements alors représentés voulaient établir un cadre de coopération économique conçu pour prévenir le retour aux politiques économiques désastreuses qui avaient contribué à la grande dépression des années 30. 

Une règle, non écrite, veut que sa direction revienne à un européen de l’Ouest et la présidence de la banque mondiale à un citoyen des Etats-Unis. Les statuts du FMI prévoient une minorité de blocage de 15% des voix et les Etats-Unis disposent à eux seuls de plus de 17% ! Cela interdit de fait tout changement démocratique dès l’instant où il n’est pas désiré par les Etats-Unis mais DSK et ses amis feignent d’ignorer cette réalité…

Un rôle de gendarme du monde qui continue aujourd’hui en Grèce 

Le FMI a bien réussi dans son rôle consistant à obliger les pays en voie de développement à s’ouvrir à la mondialisation libérale. Il utilise pour cela le levier de la dette que ces pays ont contracté auprès des banques.

Cette dette, bien souvent le fait initial de dictateurs (Chili, Brésil, Argentine, Philippines, Zaïre…) avait notamment étranglé ces pays lorsque le président des Etats-Unis Donald Reagan décida d’une augmentation brutale des taux d’intérêt en 1979. Pour faire face au paiement des intérêts colossaux de leur dette, les pays en voie de développement ont été obligés de solliciter des prêts auprès de la Banque Mondiale et du FMI. Ces prêts étaient chaque fois conditionnés à la mise en œuvre de «plans d’ajustement structurels» qui ont conduit à la misère des pans entiers de la population de ces pays et livré les banques locales, les entreprises publiques et privées, les forêts tropicales aux appétits des multinationales.

Mais si le FMI a bien tenu son rôle de gendarme du monde, il a par contre totalement échoué dans l’évitement de toute crise financière.

En 1997, les seuls pays émergents qui avaient échappé à la crise financière du Sud-est asiatique étaient ceux qui avaient refusé les remèdes préconisés par le FMI.

En janvier 1998, à Davos, Jeffrey Sachs, professeur d’économie à Harvard avait dressé le tableau de la crise financière du Sud-est asiatique en 1997. Il avait démontré, preuves à l’appui, que la monnaie de chacun des pays touchés (Thaïlande, Philippines, Corée du Sud, Indonésie…) s’était écroulée non pas avant, mais après l’intervention du FMI. Les seuls pays émergents qui avaient échappé à la crise financière du Sud-est asiatique étaient ceux qui avaient refusé les remèdes préconisés par le FMI : la Chine et la Malaisie.

Deux ans plus tard, l’autre «meilleur élève» du FMI, l’Argentine connaissait une crise financière sans précédent.

En 2008, le FMI sous la houlette de DSK n’a pas vu venir le krach qui a frappé les places financières mondiales et les pouvoirs publics ont renfloué à coup de centaines de milliards d'euros les banques et systèmes financiers en pleine débandade. Rares sont ceux qui ont vu dans la crise des crédits hypothécaires subprimes aux États-Unis le talon d'Achille d'un système financier étroitement dépendant de produits financiers de plus en plus complexes. 

Aujourd’hui, le plan de rigueur draconien concocté pour la Grèce met à genoux le peuple grec, préférant sauver le système qui risque de faire couler l’Europe plutôt que de le repenser en intégrant le peuple grec. Le plan du FMI et celui de l’Union Européenne favorisent la libéralisation du marché, la baisse des dépenses du secteur public, la baisse du pouvoir d’achat des millions de travailleurs.

Salaires gelés jusqu’en 2014. Primes du 13e et 14e mois (Noël et Pâques) supprimées pour les salaires supérieurs à 3.000 euros par mois et plafonnées à 1.000 euros pour les salaires inférieurs à 3.000 euros par mois, alors que ces primes avaient déjà été réduites de 30% dans le cadre des précédentes mesures annoncées en mars. Baisse des investissements publics de 1,5 milliard. Taux de TVA, passé en mars de 19 à 21, relevé à 23%. Révision de la législation interdisant aux sociétés de licencier plus de 2% de leurs effectifs totaux par mois. Mise en place d’un nouveau salaire minimum applicable aux jeunes et aux chômeurs de longue durée. Réduction du nombre de départs anticipés à la retraite, avec comme objectif d’interdire ces départs avant 60 ans. Libéralisation des marchés des transports et de l’énergie Cette liste n’étant évidemment pas exhaustive. 

L’ambiguïté du rôle de DSK à la tête du FMI altère sa crédibilité politique d'homme de gauche

Les pays émergents ont tiré depuis un certain temps les leçons des politiques mises en œuvre par le FMI et font tout pour ne plus se retrouver à nouveau entre ses griffes. Ils profitent pour cela de la conjoncture économique. Les prix élevés des matières premières et de certains produits agricoles depuis 2004 leur ont ainsi permis de constituer d’importantes réserves de change : 3 000 milliards de dollars en 2007, le double de celles des pays industrialisés.

Comme le constate Eric Toussaint du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde : « Les signes de distance par rapport à la banque mondiale et au FMI se multiplient : l’Equateur a expulsé le représentant permanent de la banque mondiale à Quito fin avril 2007 et le Venezuela s’est retiré de la Banque Mondiale et du FMI… »

Plusieurs gouvernements ont ainsi choisi de rembourser, de manière anticipée, leurs dettes envers le FMI. Neuf pays d’Amérique latine ont même décidé de créer une «Banque du Sud» pour financer leur intégration régionale et leurs projets sociaux.

Cette méfiance de l’Amérique Latine et le dernier plan d’aide à la Grèce sont révélateurs d’un système malade.

Le déficit de la Grèce est bien sûr l’œuvre des responsables politiques grecs successifs, de leur tendance à laisser corrompre l’économie, à ne rien faire contre l'utilisation massive de la fraude fiscale, à avoir un budget militaire excessif (le deuxième du monde en % du PIB) mais cette crise est largement aggravée par les marchés et la spéculation. Et cela n’étonne personne d’entendre dire sans cesse que les mesures annoncées qui n’ont d’autre finalité que de faire payer la crise aux salariés plutôt qu’aux bénéficiaires des paradis fiscaux, sert à rassurer le marché. 

En France, si DSK confirme son départ à la course présidentielle en 2012, il faudra qu’il s’explique un peu mieux sur sa position, son idéologie et son action au sein du FMI. 

Aujourd’hui, ce dernier se dit «admiratif de l’extrême rigueur choisie par le gouvernement Papandréou» (Le Monde du 4 mai 2010) dont il est en grande partie l’instigateur et n’a qu’une idée en tête : rassurer le marché et diminuer le déficit. Hier, sous le gouvernement Jospin, il préconisait une baisse du taux supérieur de l’impôt sur le revenu au profit des très hauts revenus. Il défendait également une défiscalisation sans limite des stocks options et voulait accélérer la privatisation du service public. 

Le PS aura du mal à apparaître crédible comme parti du changement si DSK est son candidat en 2012 d’autant plus, qu’outre le Directeur du FMI, un autre «socialiste», Pascal Lamy, œuvre à l’OMC et ne cesse de prôner un libéralisme qui fait de plus en plus de ravages dans le monde…


Photo Creative Commons : DSK par Yahoo Images



Plus d'infos :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles

8 commentaires:

sauveur a dit…

Il est temps pour nous hommes et femmes de gauche, de tirer la leçon de cette crise grecque.

D’abord constater que les états nations ne sont plus que des coquilles vides. La Commission oligarchique de Bruxelles, le capitalisme transnational, l’individualisme, le communautarisme et l’affaiblissement du rôle de l’état font que les états nations n’ont plus les moyens de se défendre, d’imposer quoi que soit et n’ont plus de souveraineté ni d’indépendance.

La crise grecque montre que le politique, le citoyen n’ont absolument plus de pouvoirs sur l’économie et la finance.

Ce sont les intérêts particuliers qui dominent et imposent leurs propres visions et choix contre l’intérêt général.

C’est la soumission totale du politique au marché et aux impératifs de rentabilité du capital. Les états nations ont été dépossédés (traité de Maastricht, de Lisbonne, BCE) du pouvoir monétaire et du crédit, des protections et droits vitaux, particulièrement en temps de crise.

De ces constats, nous devons en tirer toutes les conséquences à savoir :

- notre pays doit se réapproprier la souveraineté dans le domaine de l’économie, de la monnaie, du crédit, de sa législation et retrouver son indépendance.

- Il faut sortir de l’Union européenne, des traités successifs, de la BCE, du Grand Marché Transatlantique, de l’Otan et de l’Omc.

résistant a dit…

Vous ajoutez DSK à Pascal Lamy patron de l’ultra-libérale OMC et vous avez tout compris du PS... c’est du foutage de gueule !

Je suis maintenant sympathisant du Parti de Gauche de Jean Luc Mélanchon et aucun risque que je me laisse prendre à leur baratin.

Si au deuxième tour en 2012, j’ai le choix entre deux libéraux, j’irai à la pêche !

alexis a dit…

Excellent article !

Le FMI, instrument de domination, reste fidèle à lui-même.

L’esclavage pour dette a été aboli dans les états modernes... mais seulement au niveau individuel.

Le système de la Dette, au niveau des états-nations, est une forme nouvelle d’esclavage, dans bien des cas, ou en tous cas de sujétion, d’asservissement économique, fixant l’ordre de préséance des puissances, la hiérarchie des États.

Tout en haut il y a les USA, qui ne sont plus qu’une démocratie de façade, contrôlés par ses oligarchies. Système pourri, prêt à s’effondrer...

Où est l’espoir ?

David CABAS a dit…

Connaissez vous la loi Giscard Pompidou et le Traité de Maastrich ?

Alors que les bourses chutent, que l'Euro est à l agonie, que les plans d'austérités se multiplie à travers l'Europe, il serait sage de connaître les vrais raisons de l'augmentation de la dette !

Le bon sens commun voudrait que la dette soit du à trop de sociale, trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites. Nos responsables politique se font l'écho d'un tel message et mettent en œuvre des plans sensés répondre aux problèmes de la dette !

Mais tout ceci est une arnaque : L'arnaque de la dette !

Jusqu'au 3 janvier 1973, la Banque de France avait le droit d'émettre du crédit à très bas taux d'intérêt afin de financer les besoins de l'état et d'investir dans les projets d'avenir !

Mais sous prétexte d'inflation, le gouvernent Giscard Pompidou a cru bon empêcher la Banque de France de faire son travail en transférant de fait le pouvoir aux banques privés. Et oui depuis cette époque la France s'endette auprès des marchés financiers avec des taux d'intérêts élevés et c'est obligatoire pour tous les pays membres depuis Maastrich et les traités suivants!

En claire, ce sont les taux d'intérêts imposés sur la dette qui créer l'augmentation folle des dette publique !

L'alternative

Un retour au crédit publique productive, redonner le pouvoir au nation de battre monnaie afin de l'investir non dans les bulles spéculatives ou dans les jeux des casinos financiers mais bien dans l'économie physique au service de la population et du travail humain.

Nous devons dire Non au chantage de l'empire de la finance de la City de Londre et de Wall Street à New York

Si tu veux rejoindre la bataille pour changer le système économique rejoins moi sur mon groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr

frida a dit…

DSK doit être hors jeu, on lui fera une faveur, il aura sa retraite à 60 ans, sans problème. Mais qu’il dégage.

ii-st3ve57-x a dit…

+5 boosterblog
Pourrais-tu également voter pour moi stp ? J'en aurai bien besoin :$

Merci, http://ii-st3ve57-xx.boosterblog.com

http://www.agoravox.fr/auteur/le-gros-caillou a dit…

Je reviens sur les 500 000 dollars de salaire net par an pour DSK

Il gagne à lui tout seul le produit intérieur brut du Libéria en 2004

http://www.pays-monde.fr/continent-afrique-1/donnee-economie-liberia-27/pib-exportation-importation-pouvoir-achat.html

Ce à quoi se rajoute les tickets restaurants :

http://archives.lesechos.fr/archives/2007/lesechos.fr/11/02/300215452.htm
Plus une dotation annuelle de 75.350 dollars, plus les frais, selon le FMI.

Prétentieux et incompétent ! a dit…

Si ce viveur auto-satisfait ose pointer sa tronche de sanglier à l’élection présidentielle, sûr que l’abstention et le FN vont cartonner ! VIREZ LE ! On ne veut plus de ces faux socialistes caviar, on a déjà donné avec la bande à Tonton !