30 janvier 2018

La détresse du personnel et des résidents en EHPAD

Aide-soignant et retraité en EHPAD
Le 30 janvier 2018, un mouvement de grève avec occupations des structures d’accueiL a été organisé dans tous les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de France, à l’initiative des organisations syndicales.
 
Une mobilisation qui concerne les personnels mais aussi toutes les familles, qui refusent que les personnes âgées, résidentes en EHPAD, ou qui vont l’être à l’avenir, soient maltraitées et subissent des réductions budgétaires… 


Les restrictions budgétaires, appliquées depuis des années par les Agences régionales de santé (ARS) aux établissements publics qui accueillent des personnes dépendantes et qui vont continuer à s’étaler jusqu’à 2023, ont aujourd'hui des conséquences catastrophiques. 
  
Suppressions et gels de postes, dégradation des conditions de travail des agents, diminution des RTT des aides-soignants et des personnels de ménage, déjà les moins rémunérés, entraînent une diminution de soins, moins d’activités, moins de temps pour les toilettes, moins de temps accordé à la relation avec les résidents.   

Le retour au mouroir pour les plus modestes  

La loi promulguée sous le gouvernement Hollande, en décembre 2015, a réformé le mode de financement et introduit la notion de dotation globale. Les EHPAD publics (avant on disait " hospice "),  perdent du financement public au bénéfice des structures privées, dont les tarifs sont bien plus élevés, et où jusqu’à 15% de bénéfices sont distribués aux actionnaires !
Cette politique, comme celle infligée aux hôpitaux publics, met en péril tout le système de santé au détriment des besoins de la population, en éradiquant le principe de la Sécurité sociale figurant dans le Programme du Conseil national de la Résistance (CNR).
Même l’Union européenne fait des recommandations à la France et le parlement français est désormais un théâtre de guignols qui n’agit qu’à la marge ou pour entériner les décisions supranationales sur lesquelles les citoyens n’ont plus aucun mot à dire. Cyniquement, de fringants technocrates, formés dans le giron patronal, remplissent des tableaux de chiffres, cherchent en permanence des marges de " progrès financiers " à faire. 
En EHPAD, c’est donc moins de changes pour les personnes incontinentes, moins de douches, moins de personnel pour les aider à manger, à se lever, à se coucher, moins de kiné, de soins, moins d’attention.
La souffrance morale des retraités est là, conjuguée à des pathologies souvent lourdes, mais rien n’arrête la technocratie à l’encontre des résidents même si c’est au prix de leur vie.
Les personnels sont eux écrasés par trop de charges de travail et souffrent de culpabilité de ne pas pouvoir faire leur travail et prodiguer aux résidents l’essentiel dont ils ont besoin. D’ailleurs, les arrêts maladie et les accidents du travail se multiplient.
Mais peu importe ! " Car si tu n’es pas content de ton boulot, va-t-en ! " Les CDD sont, en effet, monnaie courante parmi les aides-soignants. A deux pour 30 résidents, voire plus, ils courent toute la journée avec le sentiment de ne pas réussir à faire ce qu’il faudrait. 

Ce que finance un résident en EHPAD 

Un résident en EHPAD participe aux frais de son hébergement à la hauteur maximum de 90% de sa retraite. 10% lui sont laissés pour acheter des produits de toilette, une paire de chausson ou encore un vêtement à remplacer, payer sa mutuelle…
Le reste dû est financé par les enfants, petits-enfants, neveux, selon leurs revenus. L'allocation personnalisée d'autonomie (Apa), aide accordée par les départements, est versée directement à l’établissement de retraite. Et puis, si tout cela ne permet pas de réunir le montant de la facture, l’aide sociale délivrée par le département, à des hauteurs variables, viendra compléter la facture. Mais si un résident a trimé toute sa vie pour devenir propriétaire de son logement, l’aide sociale dont il aura bénéficié sera prélevée après son décès sur le montant de l’héritage.
Ceux qui sont sous tutelle institutionnelle, eux, ne disposent plus d’aucun contrôle sur leurs revenus ni sur leurs biens. Là, tous les coups sont permis. Le tuteur débloque des sommes sur demande de l’établissement pour une coupe de cheveux, une paire de chaussures ou des produits de toilette…
Bref, après avoir travaillé et cotisé à la Sécurité sociale, payé ses impôts, le résident, réduit à son état de vieillesse, n’est plus considéré intégralement comme une personne mais comme un assisté. Et aujourd’hui, si la situation n’est pas brillante, elle va encore empirer car la réforme actuelle est une mise en œuvre industrielle de la dégradation des EHPAD publics.
Pourtant, la création d’un grand service public d’aide aux familles et aux personnes seules, financé par la Sécurité sociale, est possible. Et qu’on ne vienne pas invoquer le trou de la Sécurité sociale, largement creusé par un financement inadéquat basé essentiellement sur les salaires au lieu des revenus fiscaux et un chômage de masse. 
Mais pour cela, il faudrait rompre radicalement avec le néolibéralisme d'Emmanuel Macron et de ses prédécesseurs, puis se libérer des contraintes supranationales pour décider de la société que nous voulons… 


Photo Creative Commons
 



Lire toutes les infos du blog :  
> Les 25 derniers articles

Aucun commentaire: