7 mars 2013

Viande de cheval : le vrai scandale n’est pas celui qu’on croit…

Après le veau aux hormones, la vache folle, la grippe porcine, le poulet à la dioxine, après le panga, poisson nourri avec des déchets de sous-produits végétaux et des cadavres de poissons déshydratés, le saumon mutant, premier animal transgénique proposé à la consommation, voilà le cheval qui a pris la place du bœuf dans les plats cuisinés.

Si cette dernière affaire est une fraude géante organisée par des mafias à l’échelle européenne en vue de réaliser rapidement des superprofits, elle occulte cependant le problème essentiel qui est celui des conditions d’élevage des animaux et de la qualité finale des produits vendus…


Que nous fait-on manger, de gré ou de force ? Que contiennent en réalité les viandes et les poissons d’élevage ? Pour répondre à ces questions, il est bon de se référer à deux études récentes.

La première, publiée en 2011, montre la présence dans le lait de vache, de chèvre ou d'humain, d'anti-inflammatoires, de bêtabloquants, d'hormones et bien sûr d'antibiotiques. Le lait de vache est celui qui contient le plus grand nombre de molécules.

La seconde, qui date de 2012, est encore plus intéressante. Une équipe de chercheurs a mis au point une technique de détection des résidus dans l'alimentation, en s'appuyant sur la chromatographie et la spectrométrie de masse. Analysant des petits pots pour bébés contenant de la viande, ces chercheurs ont découvert des antibiotiques destinés aux animaux, comme la tilmicosine ou la spiramycine, mais aussi des antiparasitaires, comme le levamisole ou encore des fongicides.

L’incroyable pharmacopée destinée aux animaux d'élevage

En France, on estime que 99,5 % du cheptel est élevé dans des conditions industrielles.  Il y a évidemment des différences entre les espèces et les régions, mais le système industriel concerne presque la totalité des animaux destinés à la boucherie. Reste la viande bio et quelques races locales traitées à l’ancienne qui échappent à ces règles.

Dans le scandale de la viande de cheval en cours, les projecteurs ont été braqués sur le remplacement frauduleux du bœuf par du cheval mais pas un mot, dans les enquêtes journalistiques, de la phénylbutazone. Or, cet anti-inflammatoire a été retrouvé dans des carcasses de chevaux exportés vers la France…

La phénylbutazone est un produit dangereux, interdit dans toute viande destinée à la consommation humaine. Comme certains éléments permettent de l'envisager, il ne s’agit pas d’une pratique isolée mais d'une pratique généralisée et tolérée par les autorités de contrôle et la commission de Bruxelles.

Et nul besoin d'une vaste enquête pour avoir une idée de l'impressionnante pharmacopée destinée aux animaux d'élevage. La liste des produits autorisés contient de nombreux douvicides (contre des vers parasites), anticoccidiens (parasites de l'intestin), anthelminthiques (vermifuges), hormones, vaccins, neuroleptiques et antibiotiques.

Sait-on comment l'oxytétracycline se mélange avec la gonadolibérine chez un poulet ? Comment le flubendazole se marie avec l'azapérone et les prostaglandines PGF2 dans la chair d'un porc ? Comment le thiabendazole agit avec le diazinon ou le décoquinate dans le sang d'une bonne vache charolaise ?

Aucune étude nationale ou européenne sur les effets de synergie de ces produits n'a été menée. Cependant, le 3 août 2012, la revue PloS One a publié un travail sur les effets combinés de trois fongicides très employés dans l'agriculture. Il a été établi que leur association provoque des effets inattendus sur les cellules de notre système nerveux central. Des effets insoupçonnés, éventuellement cancérigènes, pouvant ouvrir la voie à des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques ou Alzheimer.

Toutes les choses sont poison…

Aujourd'hui encore, le principe de base de la toxicologie est le Noael (No observed adverse effect level), ou dose sans effet toxique observable. Longtemps avant, Paracelse – un alchimiste du XVIe siècle – résumait à sa façon le paradigme actuel de la toxicologie : "Toutes les choses sont poison, et rien n'est sans poison ; seule la dose fait qu'une chose n'est pas un poison."

Mais depuis, la connaissance a bousculé les idées en apparence les plus solides. Le lourd dossier des perturbateurs endocriniens est venu rebattre les cartes de manière spectaculaire. En deux mots, ces substances chimiques imitent les hormones naturelles et désorientent des fonctions essentielles du corps humain, comme la reproduction ou la différenciation sexuelle.

Les perturbateurs agissent à des doses si faibles que l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a pu conclure, dans un rapport de 2011, que les effets de l'un d'eux, le bisphénol A, étaient avérés même à "des doses notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires".

Mais quel peut bien être le rapport entre le bisphénol et cette fraude à la viande de cheval ? C'est très simple : nul ne sait ce que contient réellement la viande industrielle et personne ne veut le savoir !

En France, le ministère de l'agriculture a bien lancé fin 2011 un plan de réduction "de 25 % en cinq ans de la consommation des antibiotiques destinés aux animaux".  Mais comme les nouveaux produits sont actifs à des doses plus faibles, la situation s'aggrave alors que l'antibiorésistance a été repérée dès avant la seconde guerre mondiale.

Après un temps assez court en effet, les bactéries combattues par un antibiotique mutent. Ainsi de la molécule de tétracycline, ainsi du tristement célèbre staphylocoque doré, dont plusieurs souches résistantes ont donné diverses lignées de SARM (staphylocoque doré résistant à la méticilline).

Le SARM joue aussi un rôle fondamental dans les infections nosocomiales, celles qui surviennent dans les hôpitaux. Bien que des chiffres indiscutables n'existent pas, on pense que les trois quarts des 7 000 à 10 000 décès annuels de ce type en France sont le fait de bactéries résistantes aux antibiotiques, au tout premier rang desquelles le SARM.

Des chiffres officiels américains font même état de 19 000 morts dans ce pays en 2005, soit davantage que le sida ! L'enjeu de santé publique est donc considérable et il n'est pas exagéré de parler d'une maladie émergente, dont l'évolution demeure imprévisible.

Fait inquiétant, le SARM animal est de plus en plus présent dans les infections humaines, et une étude néerlandaise de 2005 établit que les producteurs de porcs notamment sont 760 fois plus touchés que la population générale.

Aujourd’hui, laisser flamber le SARM dans les élevages est autrement plus grave que le tour de passe-passe réalisé autour de la viande de cheval. Les fraudes et les crises sanitaires se succèdent mais à part des mesurettes prises dans la précipitation (retrait des produits incriminés, abattages de troupeaux, embargos), les pouvoirs publics ne font rien qui soit utile à long terme.

François Hollande vient d’expliquer récemment sur Canal + qu’il fallait des contrôles mais pas plus ! A la question : Vous allez augmenter les contrôles sur l’agro-alimentaire ? le Président a répondu : « les contrôles, ils ont permis déjà de détecter la fraude et ils se feront sans qu’il soit besoin de les multiplier d’avantage mais ils se feront. Et je pense que la leçon a été tirée. Il faut des contrôles ».

Mais jusqu’à preuve du contraire ce sont les Anglais et Findus qui ont détecté début février ce scandale et non la Répression des Fraudes en France qui a d’ailleurs été décimée par la RGPP et 10 ans de droite. Voilà donc déjà une erreur factuelle doublée d’une autre erreur grave : « il n’est pas nécessaire d’en faire plus » alors que cette affaire est une fraude de grande ampleur à l’échelle européenne…

Et l’UE brille une nouvelle fois par son immobilisme au nom du « tout marchand » et n’ose pas ouvrir le dossier infernal de l'élevage industriel et de la folie des antibiotiques. Pire, la commission européenne vient d’annoncer que les poissons d’élevage pourraient à nouveau être nourris avec des farines de porc et de volailles à compter du 1er juin prochain…



Merci à notre ami Fabrice Nicolino pour son aide documentaire (http://fabrice-nicolino.com/index.php)



Cet article publié sur AgoraVox a été repris par Yahoo France Actualités et vous pourrez prochainement le lire sur : http://fr.news.yahoo.com/agoravox.fr--toutes-les-sections/archive/


Photo Creative Commons par Yahoo Images


Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles


7 commentaires:

Hélène a dit…

Donc, ne mangeons plus de viande !

oncle archibald a dit…



Merci pour ce réquisitoire si clair et si vrai qu’il en est effrayant ...
J’ai eu la chance, il n’y a pas si longtemps, disons trente ans, de voir le voisin de mon beau père dans un village de 40 habitants au fin fond des hautes Pyrénées élever le fameux « veau sous la mère » dans des conditions de rêve .... Deux vaches à téter pour un veau, jamais mis au pré pour que sa viande reste blanche .. Avant d’aller les vendre à Montréjeau ou à Saint Gaudens, pendant une quinzaine de jours il battait des oeufs dans un seau de lait et le leur donnait en « complément alimentaire » pour « qu’ils aient le poil bien brillant » !!! Si-si ...

Et sur la porte de la grange il alignait toutes les plaques clouées .. 1er prix, élevage de Monsieur François XXX à Hautaget ... Elles se touchaient ... Et le veau finissait dans les boucheries artisanales du coin avec sur une ardoise posée sur le comptoir la « traçabilité » des animaux : « Le veau est de chez Monsieur XXX, le boeuf de chez Monsieur YYY, l’agneau et le mouton de chez Monsieur ZZZ » que tout les clients connaissaient, au moins de réputation ...

A ce jour il ne reste plus qu’un seul agriculteur en activité dans ce village, il fait du lait pour je ne sais quel industriel .. Le camion passe chaque matin et ramasse le lait dans une tonne réfrigérée ... On ne peut même plus aller en acheter chez lui avec notre petit bidon en alu (classé monument historique), ça l’emmerde de se lever de sa chaise pour vendre un litre de lait à un voisin ....

La veuve de l’éleveur de veaux loue ses champs à un agriculteur du Gers qui fait du « porc noir du Gers » dans les hautes pyrénées ... Parce qu’il y a une source sur cette parcelle de terre et que c’est une des conditions pour obtenir le label ... Etonnant non, aurait dit Desproges ...

Ces bêtes pourtant très réputées sont nourries avec de « l’aliment » ... Elles sont si nombreuses sur le champ que nous sentons l’odeur de leurs déjections depuis la maison de mon beau père à quelques 200 ou 300 mètres de là.. Ces bestioles doivent, elles aussi, être bourrées de médicaments ...

Que faire pour arrêter le carnage ??? Que manger et à quel prix ??? Que vont manger nos petits enfants ??

Le Yeti a dit…

Les vrais problèmes dont on ne parle quasiment pas « derrière » cette histoire sont d’une part la mort programmée de l’agriculture artisanale suite à l’interdiction des charrettes animales et d’autre part la pénurie naissante de viande de bœuf.

Nestlé & McGro se cassent la gueule, il faut bien faire quelque chose ...

EDIT : en plus bien sûr de de ce qui est dit dans cet article très pertinent !

Lisa SION 2 a dit…

Pour nourrir le peuple étasunien, il faut abattre quarante milliards d’animaux par an.
Ça fait combien de Shoah quotidiennes pour nos cousins mammifères ?
De savoir que l’Europe cherche en plus à légaliser le grand marché transatlantique
pour nous fourguer leur bidoche, à nous pays du tendre et vert bocage. N’hésitez plus à payer un boucher éleveur local deux fois plus cher et à manger bien sur deux fois moins de viande mais combien de fois meilleure. Et les bêtes combien de fois plus heureuses en paix aux champs...

Cette crise est aussi une crise du transport car c’est aussi l’Europe qui tâche de faire interdire le transport par charrette sur les réseaux routiers d’Europe de l’est. Et ce, par tout les moyens, exactement comme du temps de l’Allemagne de l’est

Nuccia a dit…

Merci pour l’excellente information et ’ au passage ’ la citation de Paracelse qui n’est pas sans rappeler la notion de Pharmacon .
Comment lutter ?
Une solution paraît se profiler dans le boycott de la nourriture industrielle couplé à l’exigence de l’interdiction des farines animales , par exemple .
Mais votre sujet évoque - plus largement- avec la « folie des antibiotiques » le problème de l’utilisation saugrenue et intensive de ceux ci à l’hôpital comme en médecine de ville et les conséquences graves en terme de prolifération de bactéries multirésistantes .

Irina leroyer a dit…

il faut savoir ce que l’on aime et rentrer dans son HLM manger du poulet aux hormones...

Le printemps arrive a dit…

Bonjour et merci pour votre article très pertinent.

Nous avons un pouvoir énorme, celui de choisir nous-même ce que l’on met dans notre système digestif qui n’est pas une poubelle !

Nous ne pouvons pas faire confiance à l’industrie et au système dont la seule finalité est de faire de l’argent, toujours plus d’argent.

Les connaissances existent et l’ont peut, avec un minimum de volonté, apprendre à se nourrir sainement, il faut savoir faire le tri entre les bonimenteurs et les sincères, la plupart du temps le bonimenteur est celui qui fait passer le sincères pour un bonimenteur.
Faîtes jouer votre 6ième sens et pas vos émotions.